• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les conséquences politiques du décès de Gérard Vandenbroucke

Il faut désormais trouver des successeurs à Gérard Vandenbroucke, à la fois à la tête de la communauté urbaine de Limoges mais également à la première vice-présidence de la région Nouvelle Aquitaine. / © Fabrice Bidault/France 3 Limousin
Il faut désormais trouver des successeurs à Gérard Vandenbroucke, à la fois à la tête de la communauté urbaine de Limoges mais également à la première vice-présidence de la région Nouvelle Aquitaine. / © Fabrice Bidault/France 3 Limousin

Gérard Vandenbroucke est décédé le 15 février dernier. Et l’hommage qui lui fut rendu hier, jeudi 21 février, fut particulièrement poignant. Mais se pose désormais la question de sa succession, aussi bien à la communauté urbaine de Limoges qu’à la Région.
 

Par Jean-Martial Jonquard

Il faut toujours avoir à l’esprit la notion de décence, lorsqu’on s’interroge sur les conséquences du décès de quelqu’un. Particulièrement lorsque cette question intervient au lendemain même de ses obsèques.
Mais malheureusement, quand cette personne avait des responsabilités, plus encore peut-être s’agissant de responsabilités politiques, à mandats électifs, cette question devient inéluctable.
Il en va ainsi, au lendemain donc de l’hommage particulièrement poignant rendu à Gérard Vandenbroucke, décédé le 15 février dernier.

Il était, quasiment jusqu’à ses derniers jours, président de Limoges Métropole, devenue récemment communauté urbaine de Limoges Métropole, ainsi que premier vice-président de la région Nouvelle Aquitaine. Deux postes évidemment à pourvoir aujourd’hui.

La Communauté Urbaine de Limoges


Concernant en premier lieu Limoges, on sait que les 74 membres de la communauté urbaine vont se réunir pour une session extraordinaire le 1er mars prochain à Boisseuil (87), à l’espace du Crouzy.
Les élus voteront alors pour élire un président ou une présidente, également les 15 vice-présidents.
S’il n’y a pas à ce jour de candidat déclaré, ces déclarations ne pouvant se faire qu’au moment même de cette session, plusieurs noms circulent d’ores et déjà.

Celui tout d’abord de Bruno Genest, actuel premier vice-président et maire sans étiquette de Condat (87).
Mais il a annoncé à France 3  Limousin qu’il ne comptait pas se présenter

Ensuite, celui de Gilles Bégout, maire DVG d’Isle (87) et soutien d’Emmanuel Macron en lors de la présidentielle de 2017. Mais il confiait à notre consœur Annaïck Demars, lors de la cérémonie d’hommage, que les choses étaient « compliquées », sans plus de précisions…

Autre hypothèse, celle qui conduirait à Jean-Paul Duret, élu maire de Panazol (87) sous l’étiquette PS en 2014. Il pourrait être un candidat du consensus. Lui-même n’exclut pas la possibilité sans toutefois la confirmer. Une réunion entre élus de la communauté urbaine doit d’ailleurs se tenir ce vendredi 22 février à ce sujet.

Mais, quel que soit le nom retenu, la VRAIE question, CENTRALE, sera celle du poids de Limoges, au sein de ce conseil. Le maire, Émile-Roger Lombertie, pourrait-il, devrait-il, avoir le poste ? La 1ère vice-présidence, comme beaucoup le souhaitent, devrait-elle être au contraire lui être confiée ?

On sait les équilibres fragiles à la communauté urbaine, et le « simple » clivage droite-gauche pourrait être supplanté par un front « macroniste ».
Le tout, alors que les Municipales de 2020 s’avancent de plus en plus …
Réponse, la semaine prochaine.
 

Le Conseil Régional


Concernant cette fois le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine, il faut donc remplacer son premier vice-président, chargé entre autre de l’aménagement du territoire.
Le choix à ce poste et ces fonctions du limousin Gérard Vandenbroucke avait été un geste fort, et symbolique.
En sera-t-il de même cette fois ? On peut le présumer.

Là encore, aucune information ne circule officiellement, mais on peut penser par exemple à Andréa Brouille, maire PS de Bessines (87) et vice-présidente en charge des finances et du budget, ou encore au corrézien Philippe Nauche (PS), vice-président également, chargé de l’économie territoriale et de l’économie sociale et solidaire …
Le vote se fera lors de la prochaine séance plénière, le 5 mars à Bordeaux.

 

Sur le même sujet

Manifestation anti Monsanto Bayer

Les + Lus