Contrôle continu pour le Bac 2020 en raison du Coronavirus : réactions en Limousin

Le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé ce vendredi 3 avril 2020 que le baccalauréat reposera cette année uniquement sur le contrôle continu, en raison de la crise sanitaire. Qu'en pensent les lycéens concernés et les syndicats d'enseignants ?

Manon et Maxime, élèves de Terminale, en plein travail pendant le confinement.
Manon et Maxime, élèves de Terminale, en plein travail pendant le confinement.
C'est une décision totalement inédite. Les épreuves finales du Baccalauréat 2020 n'auront pas lieu. Même en 1968, les bâcheliers avaient quand dû passer une session à l'oral !
Cette année, les élèves seront évalués sur la base de leur contrôle continu : les notes obtenues pendant les trois trimestres, du moins si les cours reprennent d'ici la fin de l'année. Les notes attribuées pendant le confinement ne seront pas prises en compte.

Tous les élèves de terminale sont concernés (bac général, technologique et professionnel).
Le ministre a finalement écarté la solution mixte qui auarit consisté à faire passer une ou deux épreuves écrites aux élèves, et valider le reste en contrôle continu.

 

Un soulagement pour beaucoup !



Pour de nombreux lycéens de Terminale, les annonces du ministre ont été reçues avec soulagement, permettant de relâcher la pression liée à l'incertitude et aux conditions de travail inconfortables liées au confinement.

Toute cette attente était une période de stress. Je ne savais pas comment j'allais passer mon Bac. Difficile de se projeter, de se motiver aussi... Maintenant, les choses sont claires. Même s'il faut retourner au lycée pour un troisième trimestre (et ce n'est pas certain...), je sais maintenant, avec mes moyennes, que je serai bâchelier. Je serai peut-être estampillé "Bac Coronavirus" mais finalement, ce contrôle continu est un soulagement vu les circonstances. - Tanguy, Terminale L à Saint-Léonard-de-Noblat (87)

Pour Manon, en Terminale L au lycée Limosin à Limoges, c'est un mélange de soulagement et de frustration : 

On s'y attendait un peu. Mais ça fait bizarre de se dire qu'on ne va pas avoir d'épreuves. On a un peu travaillé pour rien, parce qu'on s'est restreints à certaines formes de travail qui correspondent au Bac : les schémas de la composition, des croquis à apprendre par coeur etc... Personnellement, le contrôle continu va me favoriser car j'ai une bonne mémoire des cours que j'ai écouté. J'appréhendais davantage de réviser des programmes que je n'avais pas vus en cours.


Arthur, élève de Terminale S au lycée Léonard Limosin à Limoges, se projette déjà vers l'avenir. Avec 15 sur 20 de moyenne aux deux premiers trimestres, il est assuré d'être diplômé, et va maintenant profiter du confinement pour attaquer le programme de première année de médecine.

Je vais pouvoir me concentrer davantage sur l'année prochaine. Je sais déjà que j'ai mon Bac ! Donc je vais me concentrer sur les matières qui me serviront pour la suite. Mais si l'on reprend les cours au troisième trimestre, certains craignent que les enseignants mettent les bouchées doubles sur les contrôles, pour avoir plus de notes...

 

Des inquiétudes pour certains...


Elodie est une amie d'Arthur depuis de nombreuses années. Elle ne partage pas l'enthousiasme de son camarade.

Je suis plutôt mitigée par rapport à cette décision, car pour l'instant ma moyenne est de 9,5 sur 20 et je pense devoir aller au rattrapage. Le confinement n'arrange rien car j'ai du mal avec les cours à distance dans certaines matières, je prends du retard, et j'ai peur de descendre en dessous de 8 sur 20 de moyenne et ne même plus pouvoir passer le rattrapage. Si les cours reprennent, je n'aurai pas le droit à l'erreur, c'est stressant.


Des modalités à préciser


Eleve de Terminale à St Junien, Maxime Rodrigues est élu au Conseil national de la vie lycéenne, et a participé aux discussions avec le Ministre ayant abouti aux annonces de ce jour.
Si le CNVL prônait le contrôle continu, ses représentants sont déçus que certaines de leurs propositions n'aient pas été retenues : la prise en compte des notes de Première, et l'instauration de notes de compétences (acquis, non-acquis etc...) qui évaluent des savoir-faire déterminés au niveau national et auraient donc permis une plus grande égalité.

Le Ministre introduit aussi un nouveau flou en parlant du troisième trimestre. Nous avions demandé que ne soient prises en compte que les notes attribuées avant le confinement. Là, on ne sait même pas si les cours vont reprendre, et le confinement aura creusé les inégalités...


Pour le SNES-FSU (87), principal syndicat d'enseignants dans le second degré en Haute-Vienne, l'égalité entre les candidats doit être une priorité.

Nous avons bien conscience que la situation sanitaire est exceptionnelle et que cette décision s'imposait. Mais il faudra que les jurys du Baccalauréat, qui examineront aussi les livrets scolaires et les appréciations, soient très attentifs aux inégalités entre élèves et aux disparités de notation en fonction des établissements. Il faut que le Bac 2020 ait la même valeur que les autres années, et pour cela il faut créer les conditions d'égalité entre les candidats. - Marianne Corrèze, secrétaire académique SNES-FSU (87)


Le rattrapage sera organisé fin juin - début juillet pour les élèves ayant obtenu une moyenne sentre 8 et 10 sur 20.
Sur décision du jury d’examen, et après étude des livrets scolaires, certains candidats seront autorisés à passer le baccalauréat à la session de septembre.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation bac