Coronavirus : salariés, employeurs... Les conseils de la Médecine du Travail de Haute-Vienne pour l'après confinement

Le 11 mai approche, avec sa possible reprise du travail pour beaucoup. Un retour pas anodin, sur lequel préviennent et conseillent l'AIST 87, la « médecine du travail », et l'ensemble du réseau régional.
Quel retour le 11 mai dans les entreprises ? (illustration).
Quel retour le 11 mai dans les entreprises ? (illustration). © Sébastien Chillou - Limoges

Ce déconfinement, dans le monde de l'entreprise, il n'est pas le 11 mai. Il doit se réfléchir et se préparer avant. Du côté des employeurs, comme des salariés, d'ailleurs.
Ensuite, ce retour dans l'entreprise ne s'arrête pas le 12 mai. Il doit s'accompagner.
Enfin il faudra être longtemps vigilant quant à ses effets et conséquences, notamment psychologiques. [Pascal Dumont, directeur de l'AIST de Haute-Vienne]


Durant le confinement, la médecine du travail a rempli son rôle en tant que tel, et assuré des cellules psychologiques, notamment à l'attention des soignants.

Mais alors qu'approche le 11 mai, le réseau régional Présanse (sic), qui regroupe les 22 services de santé au travail de Nouvelle Aquitaine, dont l'AIST 87, a tenu à émettre des avertissements et des conseils, pour ce retour au travail.

Parce qu'il y aura bien sûr les risques, les craintes, et les mesures directement liés au Coronavirus, dans le travail, à gérer.
Parce que, de ce fait, faire comme avant n'est pas possible, et que l'organisation même du travail doit évoluer.
Parce que les conséquences économiques, et donc psychologiques,du confinement peuvent bouleverser ce travail.

On trouve donc d'ors et déjà sur les différents sites de multiples supports, pour mieux aborder ce rendez-vous, et ils seront complétés.

L'avant 11 mai ?

C'est bien sûr là qu'il faut anticiper la mise ou remise en place des gestes barrières, des moyens de protections, de distanciation, de vie tout simplement, dans l'entreprise.
Également ce que peut être ce travail, en fonction de ces circonstances particulières, et son organisation.
Mais il faudrait aussi, de la part de chacun, évaluer les effets du confinement sur soi, et ce qu'ils pourraient modifier au travail.

Anticipation, prévoyance et concertation devraient être les maîtres mots.

Le 11 mai et l'après

La date n'est que symbolique, le retour au travail, en tant que tel, prendra du temps. Durant lequel il faudra continuer d'assurer les mesures de sécurité sanitaire, idéalement adapter le travail aux réalités, et enfin accompagner l'ensemble des personnels.

L’un des enjeux sera de repenser le travail, sa charge, son organisation et les moyens pour l’accomplir. [Pascal Dumont, directeur de l'AIST de Haute-Vienne]


Ainsi Pascal Dumont prend l'exemple du télétravail : « Pour ceux qui viennent d'y passer près de deux mois, autonomie, capacité, charge, dans un sens comme dans l'autre, les choses ont pu évoluer. Ce sont points sur lesquels il faudra être vigilant ».

Enfin, et l'AIST 87 a particulièrement travaillé sur ce domaine, il ne faudra pas sous-évaluer les risques psychologiques, liés et au confinement et à cette reprise, et dont les conséquences pourraient apparaître bien après la mi-mai.

Aussi, en plus de son site Internet, l'AIST 87 rappelle ses contacts, à toutes fins utiles, que vous trouverez ci-dessous :
Téléphone : 05.55.77.65.63 ou par mail : contact@aist87.fr
Autres liens utiles
Ministère du travail
INRS
ANACT
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société emploi économie