COVID-19 : des cas détectés à la maison d’arrêt de Limoges

Quatre détenus ont été testés positifs à la maison d’arrêt de Limoges lundi 28 septembre 2020. Une opération de dépistage est lancée pour les autres détenus. 
 

4 cas covid détectés.
4 cas covid détectés. © Asma Mehnana, France 3 Limousin
Un foyer de contamination a été déclaré à la maison d’arrêt de Limoges. Quatre détenus détectés positifs et dix-huit cas contacts recensés.

"Les détenus contaminés sont des femmes. Mais avec les activités mixtes organisées, le virus a pu se propager, explique Fatima Benyoussa, surveillant brigadier et secrétaire locale CGT à la maison d’arrêt de Limoges. 

L’origine de cette contamination viendrait d’une femme détenue arrivant de l’extérieur. Pourtant, cette dernière a été isolée pendant quatorze jours dans une cellule. 

Alors que la prison a passé la première vague de l’épidémie sans aucune contamination, rien ne laissait présager une telle situation en septembre.

"Le chef d’établissement Mohammed Ed Dardi et son adjointe avaient pris des mesures sanitaires drastiques" détaille la secrétaire locale de la CGT. Chaque détenu arrivant de l’extérieur était placé en quatorzaine. Les agents et tout intervenant extérieur étaient tenus de porter un masque tout au long de la journée. 

Une séparation aux parloirs, entre les détenus et leurs familles tous masqués, assurait un cadre sanitaire. Le linge apporté par les familles était même mis de côté un moment avant de le remettre au détenu. 
 

Je ne vois pas comment le virus a pu s’introduire. Mais il est si volatile, c’est compliqué.



Fatima Benyoussa ajoute avoir peur des conséquences. Autour d’elle, des détenus et des agents possèdent des pathologies à risque certains sont cardiaques, d’autres ont du diabète. 
 

C’est inquiétant. On a quand même un cluster à la maison d’arrêt. 4 c’est un bon début.

 

Détenus testés et mesures sanitaires 
 

Le personnel soignant se rend ce mardi 29 septembre 2020 à la maison d’arrêt de Limoges pour tester les 120 détenus présents sur place. 

Les premiers résultats soulagent Mohammed Ed Dardi, le chef d'établissement de la maison d'arrêt puisque hormis les 4 femmes contaminées,

"toutes les autres détenues dépistées se révélènt négatives. Les surveillantes du quartier femme le sont aussi"

Les 18 cas contact hommes testés ce matin sont aussi négatifs.

Reste à connaître les résultats pour les autres hommes détenus ainsi que ceux des agents du quartier homme qui seront dépistés mercredi 30 septembre. 


Pour l’heure, les mesures sanitaires sont légèrement plus strictes. Insuffisante selon la responsable CGT.

Je suis étonnée que la direction interrégionale n’ait pas pris plus de mesures. Après fournir des masques à tout le monde, ça paraît très compliqué. 


Le chef d’établissement Mohammed Ed Dardi explique que les activités cultuelles et socioculturelles sont suspendues dans le quartier femme soit le lieu où les cas positifs ont été détectés. 

La salle de sport est fermée. Seules les promenades et le sport individuel en plein air, c'est-à-dire dans la cour, sont maintenus.
 
La désinfection, le nettoyage et l'aération sont renforcés. 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société prison justice