Désolé, les libraires ne lisent pas au travail, visite des coulisses d’une librairie

Vous imaginiez vos libraires passer leurs journées à lire, dans le silence feutré et bienveillant de la librairie, oubliez tout ça, une librairie, c'est d'abord une entreprise, comme les autres, et le premier travail c'est trier, ranger et transporter des livres, beaucoup de livres.
Dans les coulisses de la librairie Page et Plume de Limoges ©France 3 Limousin


Passer côté coulisses dans une librairie, c’est d’abord découvrir qu’effectivement, s’il y a tant de livres, partout, qui garnissent des étagères, et bien c’est que quelqu’un les a placés là.

De ce fait, dans une librairie, un des boulots importants, c’est bien de manipuler des livres. C’est même la 1ere opération de la journée, avant que la librairie n'ouvre au public, manipuler des cartons, des kilos de livres, jusqu'à 18 kilos dans chaque colis. Ce qui finit rapidement par faire des tonnes de livre.

Manutention, puis ensuite vérification, et l'enregistrement de chaque ouvrage, un aspect méconnu, mais indispensable du métier libraire. D’ailleurs même de futures libraires sont étonnées. A l’école, ils sont prévenus, mais la réalité c’est encore autre chose.

Déballés et à peine arrivés les ouvrages repartent rapidement vers dans leurs secteurs dédiés. D'autres livres eux sont sur le départ. En moyenne après 3 mois de présence, si les ventes ne décollent pas, retour à l'éditeur. C'est la loi du métier, il faut faire place aux nouveautés.

Partout, dans cette librairie historique du centre de Limoges, le casse-tête est le même, il faut trouver de la place, toujours trouver de la place. Tout en mettant en valeur les nouveautés, bien entendu.

Dans le rayon bande-dessinées, par exemple. Alors qu’il y a 20 ans il y avait autour de 1200 nouveautés par an, il y en a plus de 4000 désormais, 5000 même en comptant les rééditions. Ce qui veut dire que tous les jours, il faut trouver de la place, et le casse-tête recommence.

Par ailleurs, le métier de libraire consiste aussi à conseiller les clients, et là, prière d’avoir bonne mémoire, avec les milliers de titres existants. Alors, lorsqu’ils passent leurs commandes, lorsqu’ils discutent avec les représentants des maisons d’édition, les libraires essaient le plus possible d’enregistrer des données : les thèmes, les genres, les résonnances avec d’autres ouvrages déjà paru, afin de répondre le plus précisément possible à leurs acheteurs.

Finalement, une librairie, c’est aussi surtout une entreprise comme les autres. Dans son petit bureau, au 1er étage le gérant qui veille sur ce royaume littéraire est un gestionnaire. Ancien pharmacien, il trouve finalement des similitudes entre le travail qu’il pratiquait dans son office et son travail de patron de librairie. Gérer les comptes, diriger une équipe, donner des perspectives d’avenir.

Rassurons tout de même les amoureux des livres, dans cette librairie indépendante, chacun conserve une passion pour la lecture. Passion indispensable d’ailleurs, car pour travailler, il faut nécessairement être un grand lecteur, une grande lectrice. Passer des heures, en dehors du temps de travail à s’abreuver de littérature pour pouvoir ensuite faire ses choix, passer ses commandes, mettre en avant un livre coup de cœur ou coup de poing.

De ce point vue, rien ici n’a changé, si les best-sellers les plus évident sont en rayons, d’autres livres, plus discrets et passionnants sont là également, car c’est encore le libraire, qui est en charge de son rayon.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dans les coulisses à l'antenne vos rendez-vous littérature culture livres