"Tout est organisé, nos équipes sont rodées" : le service d'urgences du CHU de Limoges prêt pour le déconfinement

Les équipes du service des urgences du CHU de Limoges se sont préparées pour le déconfinement, avec un double scénario : un afflux de patients "classiques", ceux qui avaient désertés les urgences durant le confinement, et une possible deuxième vague de Covid-19.
© FTV / M. Dégremont
Un département dans le "vert", une pression qui a nettement diminué dans les services dédiés aux patients atteints du Covid-19, pour le docteur Jean-François Cueille, chef du pôle SAMU et Urgences du CHU de Limoges, les conditions sont réunies pour aborder convenablement le début du déconfinement. 

 
L'hôpital a adapté ses procédures pour le déconfinement et pour un retour des patients non-Covid : "Le soin est de qualité et garanti" affirme le Dr. Cueille. ©FTV

Après des semaines de confinement et une organisation chamboulée, le service des urgences du CHU de Limoges, comme bien d'autres services au sein de l'établissement de santé, se prépare à accueillir de nouveau des patients "ordinaires". Ce sont toutes ces personnes qui, durant 2 mois, ont pour une large part déserté le CHU, repoussant leur prise en charge. Avant la crise sanitaire, les urgences enregistraient en moyenne 125 passages par jour, un chiffre tombé à seulement 20 passages ces 2 derniers mois (hors Covid).

"Il faut revenir se faire soigner à l’hôpital"  Dr Jean-François Cueille, chef du pôle SAMU et Urgences du CHU de Limoges

"Ces patients qui avaient "disparu" sont désormais une priorité", explique le docteur Jean-François Cueille, "Il faut revenir se faire soigner à l’hôpital, aujourd’hui la demande de soins a beaucoup diminué, il faut que les malades n'hésitent plus à revenir, vous êtes en sécurité à l'hôpital et toutes nos procédures ont été adaptées."
 
 
"La circulation du virus est faible, on pense qu'on est dans de bonnes conditions pour le déconfinement" ©FTV
"La pression hospitalière a diminué, nous sommes bien un département dans le vert. Ce à quoi on essaie de se préparer, c’est la vague des retours des patients qui ne sont pas venus se soigner depuis deux mois et la deuxième vague virale, on essaie d’être prêts, tout est organisé dans ce sens là et on est prêt à faire face."
 
© FTV / M. Dégremont
 "Il y a toujours une appréhension, il y a forcément un moment où on se dit : Est-ce qu’on a bien tout préparé ? Est-ce que tout est organisé ? Est-ce qu’on n’a rien oublié ? Mais nos équipes sont rodées. Les deux vagues cumulées peuvent nous faire craindre le pire, c’est sûr, mais on a quand même la chance d’avoir un dimensionnement très convenable par rapport à la population qui est de 749 000 habitants dans notre Limousin. On a un réseau qui tient la route avec 18 centres hospitaliers et 10 centres d’accueil d’urgence."


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société déconfinement