• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Hassane Kassi Kouyaté, le futur « patron » des Francos

L’an prochain, Hassane Kassi Kouyaté, franco-burkinabé de 55 ans, prendra la suite de Marie-Agnès Sevestre à la tête du festival des Francophonies en Limousin. / © Martial Codet-Boisse / France 3 Limousin
L’an prochain, Hassane Kassi Kouyaté, franco-burkinabé de 55 ans, prendra la suite de Marie-Agnès Sevestre à la tête du festival des Francophonies en Limousin. / © Martial Codet-Boisse / France 3 Limousin

L’an prochain, Hassane Kassi Kouyaté, franco-burkinabé de 55 ans, prendra la suite de Marie-Agnès Sevestre à la tête du festival des Francophonies en Limousin. Il sera (enfin !) le tout premier directeur des Francos à ne pas venir de Métropole !

 

Par Jean-Martial Jonquard

Le 35ème festival des Francophonies en Limousin se poursuit actuellement jusqu’au samedi 6 octobre.

Crée en 1984 par le regretté Pierre Debauche, il fut dirigé successivement par Monique Blin, Patrick Le Mauff et, depuis 2006, par
Marie-Agnès Sevestre.

Cette dernière ayant décidé de passer la main à partir de l’an prochain, elle sera remplacée par Hassane Kassi Kouyaté, qui a été nommé en début d’été.

Né en 1963 au Burkina Faso, issu d'une famille de griots, ce franco-burkinabé connait bien le festival, puisqu’il y est venu pour la toute première fois en 1986, à 21 ans.
Actuel directeur de la Scène Nationale Tropiques Atrium en Martinique, Hassane Kouyaté prendra officiellement ses fonctions aux Francos début 2019. Il sera le tout premier directeur des Francos à ne pas venir de Métropole !

Si l’on ne sait pas encore tout de ses ambitions, que l’on espère nombreuses et élevées, étant données les récentes déclarations de soutien de la ministre de la culture, on sait déjà qu’ Hassane Kassi Kouyaté le souhaite plus présent dans l'espace public, avec un lieu dédié plus central dans Limoges, et qu’il comporte plus de spectacles pour les jeunes.
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Poitiers : Mercy et Joy, victimes de la prostitution, survivent grâce à des bénévoles et aux associations

Les + Lus