Inondations en Haute-Vienne : "la météo est chaotique et donc, on peut avoir des extrêmes", selon ce climatologue

Le département de la Haute-Vienne a connu un week-end de fortes pluies et a été placé en vigilance orange aux crues ce samedi 30 mars. Plusieurs cours d'eau du Limousin ont débordé, inondant certaines communes. Entretien avec Michel Galliot, climatologue et président de Limousin nature et environnement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le calme est revenu, ce mardi 2 avril, après un week-end de Pâques très agité en Haute-Vienne et notamment à Bellac ou Aixe-sur-Vienne. Si toutes les alertes météo sont désormais levées, la violence de l'épisode interroge. Entretien avec Michel Galliot, climatologue et président de Limousin nature et environnement.

Que s'est-il passé dans la nuit du vendredi 29 et samedi 30 mars ?

Michel Galliot : La pluie nous est tombée dessus, sous une forme d'orage. On sait bien qu'on peut avoir des quantités de pluies importantes. Comme cette année, c'est arrivé sur une rivière qui était déjà bien pleine et des sols qui sont saturés d'eau, toute l'eau tombée est allée dans la rivière. Ça fait donc monter le niveau. C'est pour ça qu'on a eu des inondations, des débordements à Aixe-sur-Vienne, mais aussi dans d'autres régions en France.

Des cumuls de pluies de soixante à quatre-vingt-dix millimètres en vingt-quatre heures, est-ce exceptionnel ou plutôt courant à cette période de l'année ?

Ça fait partie des valeurs les plus élevées qu'on ait relevées. Je dirai que c'est dans le top 20 des journées les plus pluvieuses depuis au moins soixante ans.

À lire aussi : EN IMAGES. Crues. Ça déborde en Haute-Vienne, le département toujours en vigilance orange, la Corrèze bascule en jaune

Aléa météo ou signe du dérèglement climatique ?

C'est un aléa météo. La mémoire humaine n'est pas très fiable, ce qui fait qu'on a tendance à oublier qu'on a déjà eu des mois de mars encore plus pluvieux. On a oublié les grandes inondations de 1960 en automne, et d'autres inondations au XIXe siècle. Ça, on l'oublie, mais la météo est chaotique et donc, on peut avoir des extrêmes.

Le changement climatique peut rajouter un peu plus d'humidité dans l'atmosphère, par conséquent, des hauteurs de pluies, un peu élevée. Mais, ce n'est pas le changement climatique qui explique ce que nous venons de connaître.

En Limousin, beaucoup de rivières comme la Vienne, la Gartempe, la Creuse, prennent leur source, est-ce que la pluie de ces derniers jours a provoqué ces crues ? 

C'est totalement lié à cela, et au fait qu'on ait eu quand même beaucoup de pluie avant. Les sols sont saturés et n'absorbent plus. Toute l'eau va donc dans les rivières et toutes les rivières en Limousin se jettent dans la Vienne.

Peut-on craindre un retour de ce phénomène dans les jours à venir ?

Oui, c'est tout à fait possible. C'est ce qu'on appelle des situations instables qui s'accompagnent d'averses qui peuvent parfois être violentes, avec des cumuls de pluies importantes. Et ça peut tout à fait arriver parce que les sols vont rester saturés pour encore quelques jours.

Doit-on redouter un épisode de sécheresse cet été ? 

Disons, qu'on peut avoir un problème de sécheresse qui démarrera plus tard. Au mois de mai, il y aura encore des réserves, les sources vont continuer à donner.