Journée mondiale du yoga : zen, restons zen !

Comme chaque 21 juin, c'est la journée internationale du yoga. Un événement tout à fait officiel, instaurée par l'ONU en 2014. L'occasion de faire le point sur cette pratique de plus en plus répandue. Si on s'offrait une petite pause dans une société qui va toujours de plus en plus vite ?

Le yoga c'est une institution en Inde et c'est ce pays qui est à l'origine la journée mondiale du 21 juin, reconnue en 2014 par l'Assemblée générale de l'ONU. Nous sommes bien loin des pratiques farfelues de quelques illuminés.

En France, on estime à 4 millions de nombre de pratiquant. Pas de diplôme pour enseigner, mais du bon sens et de la confiance chez ceux qui veulent prendre des cours.

Catherine Allaman enseigne le yoga à Limoges. Avec elle, faisons le point sur le  phénomène.

Quelle est la philosophie du yoga ?
 En quelques mots : c'est un cheminement pour apaiser l'esprit et découvrir notre véritable nature
 
Pourquoi un tel engouement ?
Cela correspond à notre époque qui est très agitée, dispersée. On a besoin de trouver un équilibre, de s'intérioriser, de se recentrer, d'apaiser l'esprit.
 
Besoin de spiritualité ?
Oui. Je crois qu'on a besoin de donner un sens à sa vie de relativiser,  de prendre du recul et d'aller trouver des forces à l'intérieur de soi.
 
Qui pratique le yoga ?
Beaucoup de femmes et de plus en plus d'hommes. Ce sont essentiellement des adultes, de 40 à 60 ans, mais il existe des cours pour enfants.  
 
Quels bienfaits ?
Le yoga a beaucoup de bienfaits. Il assouplit les articulations, renforce la musculature, réduit le stress, l'anxiété, améliore la qualité du sommeil, la concentration. Il amène un mieux-être.
 
Il n'y a pas de diplôme d'Etat. Comment s'y retrouver ?
Il faut exercer son discernement. Savoir si la personne a reçu une formation, c'est le minimum. Après, il faut se sentir bien avec cette personne, si le yoga pratiqué nous correspond.