Laïcité : "La séparation", ce soir au cinéma Le Lido de Limoges

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Abalo

Alors que l'on commémorera en décembre prochain le 110ème anniversaire de la loi de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, ce 9 juin 2015, au cinéma Le Lido, le Comité Laïcité République du Limousin propose la projection d'un film retraçant ce moment historique.

"La séparation" est un film réalisé pour la télévision en 2005, alors que l'on célébrait le centenaire de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat. 2015 marque le 110ème anniversaire de ce texte, et au moment où le thème de la laïcité est plus que jamais d'actualité, le Comité Laïcité République du Limousin vous propose de découvrir ce long-métrage au cinéma Le Lido de Limoges ce 9 juin à 20h.

Quelle est la place de la religion dans la société ?

En 1905, à la Chambre des députés, les parlementaires s’affrontent sur le  projet de Séparation des Églises et de l’Etat. le républicain socialiste Aristide Briand s’efforce de trouver un compromis, entre des anticléricaux virulents et le dernier carré des orateurs catholiques. "La séparation" rend compte de cette page d'histoire et propose une condensé des débats législatifs de l'époque grâce aux discours authentiques des protagonistes. 

Ce film  réunit à l'écran Pierre Arditi, Claude Rich, Michael Lonsdale, Jean-Claude Drouot, Pierre Santini, Jacques Gallo. Ecrit par Bruno Fuligny,  ce documentaire a été tourné en avril 2005 au sein même de l'Assemblée nationale. L'équipe n'a eu alors que 3 jours pour tourner dans l'hémicycle pendant les des vacances parlementaires. Il a fallu également adapter le tournage en raison de l'étroitesse des bancs et des travées et trouver des astuces pour poser les caméras.

La séparation mais pas partout

Cette loi adoptée le 9 décembre 1905 a remplacé le régime du concordat de 1801. Un concordat toujours en vigueur en Alsace-Moselle et qui prévoit entre autre l'enseignement obligatoire mais facultatif des religions statutaires à l'école et la rémunération par l'Etat des Ministres de cultes (catholique, réformé, luthérien et juif) sur l'échelon de la Catégorie A de la fonction publique.