Le prix Régine Deforges 2021 attribué à David Fortems

La 6ème édition du Prix littéraire vient de récompenser David Fortems, un tout jeune auteur de 24 ans, pour son roman "Louis veut partir" publié chez Robert Laffont. Un récit incisif et sensible.

David Fortems, lauréat du Prix Régine Deforges 2021
David Fortems, lauréat du Prix Régine Deforges 2021 © Robert Laffont

Premier roman, premier prix littéraire. Forcément, au bout du fil, David Fortems est très heureux : « C’est génial, c’est mon premier prix littéraire et le prix Régine Deforges est un très beau prix, c’est une belle récompense».

A 24 ans, l’auteur livre une émouvante histoire sociale et moderne. Le jeune Parisien, qui suit des études de cinéma à la Femis où il s’aguerrit à l’écriture de scénarios de séries, a séduit le jury avec ce premier roman percutant.

C’est une belle découverte, comme souvent avec ce prix. Ma mère, qui s’intéressait beaucoup aux faits de société, aux questions sociales, aurait été très touchée de lire l’histoire de ce jeune Louis

Camille Deforges-Pauvert, fille de Régine Deforges et membre du jury

 

"Louis veut partir" c’est l’histoire d’une relation manquée. Celle d’un père, Pascal, 40 ans, ouvrier dans une petite ville des Ardennes, et de son fils, Louis, la vingtaine, épris de littérature, et qui un jour, s’ôte la vie.

« Le père va mener une enquête existentielle pour rassembler toutes les facettes manquantes au portrait tronqué de son fils », explique l’auteur.

 

Dans ce premier roman, David Fortems explore ses propres obsessions : la question du déterminisme social et celle des trajectoires transfuges. Il y est question de solitude, de non-dits, de générations, de genre.

« C’est l’histoire d’une émancipation ratée", précise l’auteur. 

Louis a essayé d’échapper au déterminisme social, il veut quitter son milieu, sa région. Mais il pense que l’argent est une liberté, alors il va faire des mauvais choix, jusqu’au choix irrémédiable.

Si cette histoire est de la pure fiction, le personnage me ressemble puisque ce déterminisme, j’ai pu le ressentir. Je viens d’une famille modeste, j’ai grandi dans une cité de banlieue parisienne et j’ai toujours rêvé d’entrer dans ce monde littéraire. Mais vivre pour écrire et écrire pour vivre ce n’est pas donné à tout le monde, surtout pas dans le milieu d’où je viens. »

David Fortems, auteur de "Louis veut partir"

 

Camille Deforges-Pauvert a apprécié la pudeur avec laquelle est tissée l’histoire tragique de "Louis veut partir". « Emouvant, le roman ne sombre pas dans le misérabilisme, dans le sinistre. L’auteur n’insiste pas sur l’aspect dramatique de l’histoire, il raconte, parfois dans des passages drôles, la vie de ce jeune homme, fou de littérature et qui cherche à quitter sa région» ajoute la fille de Régine Deforges.

Les Ardennes, fief de la famille de David Fortems, sont le théâtre de ce premier roman. « Je voulais mettre les Ardennes, qui font partie de mon héritage culturel, en valeur, car c’est une région sous-représentée en littérature. Il n’y a pas de grande ville, ce n’est pas bourgeois. Mais il y a de la place pour du romanesque et c’est ce que je voulais montrer » précise le romancier.

Fasciné par le cinéma depuis tout petit, David Fortems a commencé à écrire dès l’âge de 8 ans. Persuadé qu’il produisait des scénarios de films, il écrivait en fait des contes, des nouvelles. Et aujourd’hui l’étudiant en cinema allie ses deux passions et a déjà son deuxième roman bien en tête.

 

Distingué parmi plus de 60 auteurs

Depuis 2016, le prix Régine Deforges, conjointement porté par la Ville de Limoges et les enfants de la romancière, distingue un premier roman écrit par un auteur francophone.

8 romans avait été sélectionnés en début d’année parmi plus de 60 candidatures. Des oeuvres examinées par un comité de lecture piloté par la Bibliothèque Francophone Multimédia (BFM) de Limoges. Pour la délibération finale, c’est un jury composé des trois enfants de Régine Deforges : Camille Deforges-Pauvert, Léa Wiazemsky et Franck Spengler mais aussi de Marina Carrère d’Encausse, Julien Cendres, Noëlle Châtelet, David Foenkinos, Serge Joncour, Gilles Marchand, Daniel Picouly et Éric Portais, qui a fait le choix de ce 6ème lauréat.

David Fortems succède à Salomé Berlemont-Gilles, qui avait remporté le prix l’an dernier avec "Le premier qui tombera" aux éditions Grasset.

 

Mis à l’honneur à Lire à Limoges

David Fortems sera présent pour recevoir son prix lors de l’édition 2021 de Lire à Limoges, prévue à l’heure actuelle du lundi 3 au dimanche 9 mai prochain. Si les organisateurs espèrent toujours que le salon littéraire pourra bien se tenir cette année, ils travaillent actuellement à une éventuelle évolution de la manifestation. Pour s’adapter aux contraintes sanitaires, la durée de Lire à Limoges avait déjà été allongée - 7 jours contre 3 en temps normal - et les rencontres, ateliers et autre animations sont, pour le moment, programmés dans divers lieux culturels du centre-ville pour éviter des regroupements trop importants. Les stands de la Place de la République permettront les dédicaces et rencontres avec les auteurs, dans le strict respect du protocole sanitaire.

Mais, pour s’ajuster à la nouvelle donne épidémique, le format et la programmation de l’événement pourraient encore être modifiés dans les prochains jours. Lire à Limoges 2021 sera placé sous le signe des « résistances », thématique retenue par les organisateurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres