Limoges : un Beaublanc tout neuf à l’horizon 2025

Parmi les annonces du conseil municipal de Limoges du jeudi 12 novembre 2020 : un plan de près de 50 millions d’euros pour le parc des sports de Beaublanc. Un plan pour les clubs professionnels, CSP et LH en tête, mais même au-delà, pour les Limougeauds.
 

Beaublanc devrait s'offrir une nouvelle jeunesse, d'ici à 2025. (Illustration)
Beaublanc devrait s'offrir une nouvelle jeunesse, d'ici à 2025. (Illustration) © Emmanuel Denanot/France Télévisions
C’est, à Limoges, presque un serpent de mer : l’avenir de Beaublanc.

Attention : bien souvent, qui dit Beaublanc parle de son Palais des Sports, à jamais attaché au CSP et depuis plus récemment au LH87.

Mais le parc des sports de Beaublanc n’est pas que cela.
Il y a aussi, et entre autres, la piscine, la piste d’athlétisme, il y a le stade, enfin le demi-stade, dont les aléas ont fait que l’on a longtemps cru que plus rien ne serait possible là-bas, à cause de son coût et de ses surcoûts…

Pourtant, le conseil municipal de Limoges du jeudi 12 novembre 2020 a officiellement lancé un plan de 50 millions d'euros pour le site.
 
Limoges : un Beaublanc tout neuf à l’horizon 2025


Rien n’est encore définitif et le calendrier, on y reviendra, prendra du temps.
Mais enfin, la ville veut « repenser » Beaublanc, à la fois pour le sport professionnel, mais également pour les Limougeauds.

 

Cette enveloppe prévisionnelle (il n’était question lors de ce conseil municipal que d’un débat d’orientation budgétaire, le budget en lui-même devra être voté à la mi-décembre 2020) est faite pour à la fois moderniser le Palais des Sports existant, bâtir une nouvelle salle omnisports et procéder à d’autres aménagements.

Le Palais des Sports

Entre le basket (le Limoges CSP), le handball (le LH) et l’open de tennis féminin, ce sont quarante à cinquante rencontres sportives qui s’y déroulent chaque année.
Mais, bâti au début des années 80, Beaublanc est vétuste, souvent mal jaugé et encore plus inadapté à une quantité d’exigences, contraignant à des demandes de dérogations.

L’idée de la ville est d’abord de le rénover, à tous les niveaux, et de l’agrandir, « autant que possible de la capacité d’accueil tant pour les partenaires que pour le grand public ».
Peut-être plus encore que « d’exploser » sa jauge, la volonté est de faire de Beaublanc une salle capable d’accueillir événements et public, au goût du jour.

Qu’on le regrette ou non, il s’agit d’adapter le « chaudron » à la mode du « sport-spectacle », plus « entertainment » que sportif, plus dévolu à l’accueil qu’à la pratique.
C’est une réalité que n’importe quel équipement doit aujourd’hui intégrer.
 

Il faut améliorer sa fonctionnalité et sa modularité. Malgré des ajustements récents, la conception du Palais des Sports reste ancienne, et l’accueil des partenaires et du public mériterait d’être amélioré ainsi que les fonctionnalités sportives

Sylvie Rozette, adjointe chargée des sport à la mairie



Ainsi, à côté de la rénovation de réseaux intérieurs, de l’amélioration des performances thermiques, de la réfection des finitions et de la rénovation des espaces fonctionnels existants, sont également prévus la création de salons, d’espaces réceptifs, de buvettes et d’annexes pour les médias.

 



Une nouvelle salle omnisports

Parallèlement, et comme déjà annoncé, la ville veut créer juste à côté du Palais des Sports une nouvelle salle omnisports de près de 12 500 m², comprenant une salle multisport de 2 000 places, un centre d’entraînement pour le CSP, une salle d’entraînement pour le LH 87, et avec salles de réunions, centre de formation, pôle médical, une brasserie, et jusqu’au service des sports de la ville, qui pourrait intégrer cette structure.
Un parking souterrain de 150 places est également envisagé, tout comme des aménagements extérieurs.

Des aménagements pour tous

Bien sûr, les principaux bénéficiaires de ces mesures seraient les deux clubs professionnels, le CSP et le LH.
Mais la volonté de la mairie est que cette rénovation, ces ajustements, ces créations, bénéficient au plus grand nombre, afin qu’à côté du purement sportif de haut niveau, Beaublanc, dans sa globalité, devienne un lieu de destination, un lieu de formation, un pôle santé et performance et un pôle de service pour le grand public.

Le calendrier

Si tout cela était définitivement entériné, et sous réserve des aléas, notamment sanitaires, l’année 2021devrait être celle des concours et jurys pour les projets, avec des signatures envisagées à l’horizon février 2022.

Les études et passations de marchés sont prévues cette même année, et le début des travaux pour 2023.
Le « nouveau » Beaublanc serait donc à découvrir en 2025.

Forcément excitant pour la ville, pour ses clubs et pour ses sportifs.
Attention tout de même : ce calendrier et ces travaux, pourraient venir perturber les candidatures retenues de Limoges, et en tant que camp de base potentiel pour des équipes participantes à la Coupe du Monde de Rugby 2023, et comme lieu de préparation olympique, pour les JO de Paris 2024.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport société politique