À Limoges, un confinement globalement bien respecté

Police nationale et police municipale ont intensifié les contrôles avec moins de tolérance que lors du week-end de la Toussaint. En quatre jours, 48 verbalisations ont été dressées par la police municipale rien qu'à Limoges. 
Après un week-end de la Toussaint sous le signe de la tolérance, la Police verbalise davantage les irrégularités d'attestations.
Après un week-end de la Toussaint sous le signe de la tolérance, la Police verbalise davantage les irrégularités d'attestations. © France 3 Limousin
"Merci de présenter votre attestation et votre carte d’identité sur le tableau de bord." La police nationale a déployé, mercredi 4 novembre, une trentaine de fonctionnaires sur l’aire de repos de Beaune-les-Mines, sur l’A20.
 

C’est normal car certains ne respectent pas [le confinement] et cela dégrade la situation des hôpitaux.

Un automobiliste

"Il faut des contrôles, on n’a pas le choix", "les policiers font leur travail". Les usagers interrogés comprennent la nécessité des contrôles.
 

Moins de tolérance

Au début du confinement, lors du week-end de la Toussaint, la Police a fait preuve de tolérance dans les contrôles face aux oublis et autres irrégularités. Depuis lundi, moins. Mais les usagers pris en défaut restent largement minoritaires indique Olivier Carvennec le major de la Police.
 
La police municipale, elle aussi, contrôle la validité des attestations. Mais uniquement de façon aléatoire. En quatre jours, à Limoges, elle a enregistré 48 verbalisations. Sa mission prioritaire reste le renfort du dispositif Vigipirate, aux abords des lieux de culte et des établissements scolaires.
 
Un confinement « globalement bien respecté » à Limoges
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité coronavirus/covid-19