Limoges : les commerçants touchés par la baisse progressive des aides de l’Etat

Le fonds de solidarité est maintenu jusqu’au mois de septembre mais ces aides vont décroître progressivement à partir du mois de juin. Parmi les structures concernées, les commerçants fermés durant un mois et demi en 2021, comme ceux de Limoges et des alentours.

Les aides du fonds de solidarité vont se réduire à partir du mois de juin 2021.
Les aides du fonds de solidarité vont se réduire à partir du mois de juin 2021. © Nassuf Djailany

Le fonds de solidarité, prévu pour compenser les pertes de chiffre d’affaire occasionnées par la crise sanitaire, devrait s’arrêter au mois de septembre. Ces aides publiques vont se réduire progressivement à partir de ce mois-ci. L’indemnisation pourra atteindre un maximum de 40% de la baisse d'activité en juin, puis 30% en juillet et enfin 20% en août. Un processus logique pour Véronique Voisin, gérante d’un institut de beauté au Palais-sur-Vienne depuis 15 ans.

Les aides vont combler le manque à gagner du mois de mai parce-qu’on a ouvert que le 19. Ensuite, j’espère retravailler normalement donc ne plus avoir besoin de demander cette aide mais jusqu’à présent je peux constater que cela a permis de m’aider à payer mes charges puisque ça a couvert mes frais fixes.

Véronique Voisin, gérante d'un institut de beauté au Palais-sur-Vienne.

.

Dans le centre-ville de Limoges, Alexandre Pilet détient une boutique de prêt à porter pour homme. L’an dernier comme en 2021, les aides de l’Etat ont maintenu son commerce hors de l’eau. 

Au mois de novembre, on était totalement fermé, on a eu droit à 10 000 euros d’aide selon le chiffre d’affaire fait en 2019. Au mois de mai, c’est pareil, même si on a ouvert le 19, si on fait moins de 50% du chiffre d’affaire de 2019, on a aussi les 10 000 euros et après c’est dégressif. Ce que je trouve normal. Ensuite, je compte ne pas avoir d’aide car j’espère bien fonctionner.

Alexandre Pilet, gérant d'un magasin de vêtements pour hommes

Le gérant n’est pas inquiet pour la suite. Comme Véronique, depuis la réouverture, il retrouve ses clients, fidèles au rendez-vous. "Je pense avoir cette chance d’être indépendant et d’avoir une clientèle régulière."

Jean-François Pailloux, président des commerçants de Limoges l’a constaté. L’ensemble des patrons ne se plaignent pas de ces mesures économiques à venir. Le beau temps fait revenir le public dans les magasins et rassure les vendeurs. 

Ces deux dernières semaines, on avait l’impression de voir Limoges en plein mois de décembre, y ‘avait énormément de monde en centre-ville qui ont profité des bars, des restaurants, des magasins pour faire leurs courses. Le chiffre d’affaire s’est bien passé au mois de mai et on espère que ça continue comme ça aussi au mois de juin.

Jean-François Pailloux, président des commerçants de Limoges

Le président des commerçants ajoute aussi qu’à la différence d’autres villes touristiques, qui comptent beaucoup sur les étrangers pour boucler leur chiffre d’affaire, Limoges n’a pas cette pression.

"On n’est une ville moins affecté par le tourisme que d’autres villes en France. Cela compte peu ici. Il y a peu de touristes qui viennent réellement consommer dans le centre-ville donc je pense que le chiffre d’affaire va bien se faire."

Le fonds de solidarité va se prolonger jusqu’au mois de septembre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie