Cet article date de plus de 6 ans

Limoges : les médecins libéraux n'assurent plus les urgences

Les médecins de la polyclinique de Limoges et les autres professions libérales sont en grève contre le projet de loi Santé. Le mouvement a débuté ce vendredi 13 mars et se poursuivra jusqu'au lundi 16 mars à 8 heures. 
Conséquences : les chirurgiens libéraux n'iront plus au bloc, les dentistes, les infirmières ne répondront plus; SOS médecins et SOS Mains seront aux abonnés absents.
A Limoges, tous les malades ayant une urgence non vitale seront transférés au CHU. Et le système risque d'être vite bloqué, car les internes et les chefs de cliniques des hôpitaux publics ont eux aussi annoncé qu'ils arrêteraient de gérer les urgences.


Le monde médical dans la rue

Les médecins libéraux rejettent la loi santé, qui sera en discussion à partir du lundi 16 mars. Ils estiment qu'elle va les entraîner vers une certaine "étatisation" de leur métier - ce qu'ils refusent. Ils s'entendent également pour dénoncer la généralisation du tiers payant, mesure-phare d'un projet de loi très large, qui va de la prévention du tabagisme à la définition du service public hospitalier. La concertation entamée par la Ministre depuis quelques jours est donc un échec. Les médecins ne veulent pas d'un aménagement de la loi mais son retrait pur et simple.
Pour en savoir plus :
Le monde médical dans la rue contre le projet de loi santé (Le Point, le 13 mars 2015)
Tiers payant pour tous en 2017 : Marisol Touraine détaille sa loi (L'express, le 9 mars 215)
Touraine tient bon sur la généralisation du tiers-payant en 2017 (Challenges, le 10 mars 2015)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social santé archives