A Limoges, des militants CGT font annuler un débat sur la réforme des retraites organisé par deux députées LREM

Sophie Beaudouin-Hubière est députée LREM de Haute-Vienne depuis 2017 / © Vincent Isore / MAXPPP
Sophie Beaudouin-Hubière est députée LREM de Haute-Vienne depuis 2017 / © Vincent Isore / MAXPPP

Un débat sur la réforme des retraites organisé par la députée LREM Sophie Beaudouin-Hubière n'a pas pu se tenir le 21 novembre 2019 à la maison du peuple de Limoges. Plusieurs dizaines de manifestants réunis à l'appel de la CGT l'ont empêchée. "C'est la démocratie qu'on tue" a réagi l'élue.

Par Annaick Demars

Le débat sur la réforme des retraites devait avoir lieu jeudi 21 novembre 2019 à 18h à la Maison du Peuple de Limoges à l'appel de deux députées LREM Sophie Beaudouin-Hubière pour la Haute-Vienne et Fadila Khattabi venue du département de la Côte d'Or. Ce débat devait se tenir en présence de plusieurs représentants syndicaux et patronaux. Mais le choix du lieu a provoqué la colère de la CGT, comme on peut le voir sur les images tournées par Nicolas Faucher et diffusées en direct sur sa page facebook
 


Inaugurée en 1936 par Léon Betoulle à l'occasion de la signature des Accords de Matignon entre le patronat et la CGT à l'issue des grandes grèves du Front populaire, la Maison du Peuple est un symbole du combat syndical de la CGT dans la ville qui l'a vue naître. 
 

Le choix du bâtiment vécu comme une provocation



Le secrétaire général de la CGT 87 Arnaud Raffier expliquait dans un post facebook pourquoi le syndicat a lancé un appel à manifester :

Venir défier les organisations syndicales et notamment la nôtre sur l'enjeu des retraites donc de notre modèle de société, envié par tous les pays, dans nos murs démontre bien leur détermination à imposer leurs choix et écarter la CGT, actrice incontournable de la création de ce modèle social. L’UD CGT 87 ne compte pas se soumettre aux ordres de Macron et de son gouvernement, et appelle l’ensemble des ses syndicats et syndiqués à se mobiliser massivement le jeudi 21 novembre à 18 h à la maison du peuple. Camarades nous ne pouvons tolérer cette insulte, soyons nombreux pour accueillir la représentante du gouvernement et lui faire entendre notre voix.


Le syndicat étudiant FSE évoquait lui aussi "une provocation", appelant à manifester devant le bâtiment à l'heure de la réunion.

 



Selon nos confrères de France Bleu Limousin présents sur place, les responsables de la CGT ne voulaient pas empêcher le débat mais le perturber et ils se sont finalement retrouvés "dépassés par les événements et par la motivation des manifestants" estimés à une centaine sur place.


Depuis 2017, la Maison du Peuple de Limoges située rue Charles Michel est au cœur d'une polémique entre la mairie et la CGT
 

"C'est la démocratie qu'on tue"



Invitée du 12-13 de France 3 Limousin vendredi 22 novembre 2019, la députée Sophie Beaudouin-Hubière a fait part de sa "tristesse et de sa colère". "C'est la démocratie qu'on attaque, a-t-elle ajouté, c'est la démocratie qu'on tue chaque fois qu'on refuse qu'un débat ait lieu".
 

A la question du choix de ce lieu, elle a répondu : mon équipe a sollicité la mairie pour avoir une salle à cette date. La mairie nous a fait deux propositions et nous avons choisi la Maison du Peuple car c'était la salle la plus grande. Mais de toutes façons, soyons très clairs : c'est la maison du peuple, je suis représentante du peuple par mon mandat, élue par le peuple pour défendre, pour venir expliquer et discuter d'un programme, d'un projet de pérennisation d'une retraite par répartition qui a été gagné de haute lutte par nos grands-parents et nos arrière-grands-parents.

 
Réaction de S. Beaudouin-Hubière après la réunion empêchée sur les retraites
Réaction de Sophie Beaudouin-Hubière après la réunion empêchée sur les retraites jeudi 21 novembre 2019 à la maison du peuple de Limoge suite à un appel lancé par la CGT 87 - F3 Limousin - C. Gauthier



Le député LREM Pierre Venteau apporte son soutien total à ses deux collègues, évoquant "une réunion publique dans un lieu hautement symbolique appartenant au peuple" qui  "ne peut pas être confisquée, pas plus que le dialogue. Triste pour la République et inquiet pour la démocratie".
 
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus