Limoges : pour la troisième semaine consécutive, plus d'un millier de manifestants contre le pass sanitaire

Depuis les annonces d'Emmanuel Macron le 12 juillet, le mouvement contre le pass sanitaire a pris de l'ampleur. À Limoges pour la troisième semaine consécutive, ils étaient plus d'un millier à défiler dans l'après-midi ce samedi 31 juillet en centre-ville, moitié moins que la semaine précédente.
Entre 1000 et 1500 manifestants ont défilé sans heurts dans le centre ville de Limoges.
Entre 1000 et 1500 manifestants ont défilé sans heurts dans le centre ville de Limoges. © Jean Martial Jonquard

Le mouvement contre le pass sanitaire dure à Limoges. Toujours vent debout pour s'opposer à la loi relative à la gestion de la crise sanitaire, plus de 1000 personnes ont défilé en début d'après-midi dans le centre-ville. C'est moins que la semaine du 24 juillet mais autant que la première mobilisation.

Le mouvement va continuer. Il y a un noyau dur qui s'est formé !

Bruno Grimaux délégué syndical FO

Dans une ambiance bon enfant, des manifestants de tous âges ont défilé au rythme des slogans "Liberté" ou encore "Macron démission". Dans le cortège était présent Bruno Grimaux, délégué syndical FO. Pour lui, le mouvement, qui se veut apolitique, va durer malgré les vacances : "Ça va continuer, des gens sont partis en vacances mais d'autres vont revenir. Il y a un noyau dur qui s'est formé ! Maintenant, le but c'est que le mouvement reste horizontal et que tout le monde puisse s'exprimer."

Ambiance bon enfant pour le troisième samedi de mobilisation.
Ambiance bon enfant pour le troisième samedi de mobilisation. © Margaux Blanloeil
Pas de débordements à signaler.
Pas de débordements à signaler. © Jean Martial Jonquard
Très peu organisés les manifestants ont du improviser un parcours.
Très peu organisés les manifestants ont du improviser un parcours. © Jean Martial Jonquard

Pour rappel, les manifestants protestent contre l'extension du pass sanitaire prévue dans la loi relative à la gestion de la crise sanitaire, votée par le Parlement le 26 juillet. Celle-ci acte notamment l'obligation vaccinale pour les soignants, ainsi que la mise en place du pass sanitaire dans les cafés, bars et restaurants début août.

Pour l'instant, la loi n'a pas été promulguée. Avant cela, le Conseil Constitutionnel doit trancher. Il rendra sa décision le 5 août.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société manifestation social polémique