Limoges : une route à base de liège pour limiter le bruit

Limoges est devenue un théatre d'expérimentations. Après l'éclairage et les revêtements clairs, dont certains en porcelaine, pour faire des économies d'energie, Limoges Métropole teste une portion de route agrémentée de liège pour atténuer le bruit des voitures.

L'enrobé à base de liège doit atténuer le bruit du roulement des voitures sur le boulevard de Valoine
L'enrobé à base de liège doit atténuer le bruit du roulement des voitures sur le boulevard de Valoine © Nicolas Chigot/France Télévisions

Au premier coup d'oeil, difficile de voir la différence. Le long du boulevard de la Valoine, au sud de Limoges, trois portions test sur une longueur de 300 mètres ont pourtant été créées. L'asphalte noir tout neuf recèle des petites nouveautés. La première portion est tout à fait classique, un enrobé à base de graviers, de sable et de bitume. La seconde est quand à elle constituée d'un enrobé phonique classique. La troisième qui nous intéresse aujourd'hui contient des petits copeaux de liège. 

"Nous en avons incoproré 1%. Il vient d'une usine d'Alsace qui fait de l'isolation. Ce sont les déchets des découpes que nous récupérons. Cela nous demande un peu plus de main d'oeuvre pour incorporer le liège mais sinon l'application reste la même " explique Yoann Feix, directeur de travaux à la Colas. L'entrprise de travaux public a été sollicitée par Limoges Métropole et par l'université de Limoges pour concrétiser ce test. En laboratoire, l'ajout des copeaux de liège a déjà fait ses preuves. Il s'agit maintenant de le tester grandeur nature. 

Pour le moment difficile d'en mesure le bénéfice. On a beau se concentrer, la différence ne saute pas aux oreilles. Il faut dire que le bitume tout neuf et bien lisse atténue déjà beaucoup le son du roulement des voitures. 

Pourquoi le choix du liège ?

"A la base le liège c'est un isolant thermique et phonique déjà bien connu" explique Patrick Tardieux, directeur des études techniques de Limoges Métropole. "C'est une première. L'idée c'était de voir si techniquement on pouvait l'intégrer à l'enrobé et comment il se comporte dedans et ensuite de voir quel est l'effet sur le bruit. On va mesurer le bruit sur les différentes portions et on verra quelle est la différence."

Autre avantage, le liège est un matériaux bio-sourcé jusqu'à présent peu utilisé pour faires des enrobés. A terme il pourra même être issu d'une filière de recyclage ce qui en ferait baisser le coût. Pour l'instant assez prohibitif, il est 50% plus cher qu'un enrobé classique. 

Les résultats ne sont pas immédiats et Limoges Métropole ne sait pas trop à combien la baisse de décibels va se situer. La campagne de test va durer trois ans. Des sonomètres ont été installés avant les travaux pour pouvoir mesurer l'évolution du bruit. Vu le peu d'habitations dans le secteur du boulevard de Valoine, une autre portion de route va également être mise en test dans le coeur de ville avenue Adrien Tarrade. 

"C'est une avenue structurante de Limoges avec une limitation de vitesse à 50 kilomètre par heure et beaucoup de trafic. L'idée est donc de voir ce que ça donne sur ce type de voie et de mesurer si ça améliore le cadre de vie des riverains" explique encore Patrick Tardieux.

Si les tests sont concluants, la métropole pourrait décider d'en intégrer lors des travaux de rénovation de certains axes passants. 

 

Expérimentations précédentes, le bilan

Ce n'est donc pas une première à Limoges, la communauté urbaine aime bien jouer avec sa chaussée. En 2016, l'opération Lumiroute menée boulevard Robert Shuman a permis de tester plusieurs types de revêtements aux teintes plus claires reflechissant mieux la lumière associés à des réverbères dotés de LED consommant moins d'énergie. Le bilan est très positif puisque l'économie d'énergie a été de plus de 70%. Un revêtement à base de porcelaine a également été testé notamment devant le stade de Beaublanc. Resultat là aussi positif avec une économie d'énergie de 60%. Prochain test : l'opération Luciole qui va associer revêtement plus clair, lampadaires à led et détecteurs de mouvements pour faire varier l'intensité de l'éclairage en fonction de la présence ou non d'usagers. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement énergie innovation économie