Mobilisation pour les plus fragiles en Haute-Vienne

La crise sanitaire touche particulièrement les personnes qui vivent dans la précarité. Plusieurs associations organisent chaque semaine des maraudes à Limoges pour leur venir en aide. L'Etat a mis en place des moyens exceptionnels pour les soutenir.
 
L'association Escales solidaires comptait 40 visites en moyenne en 2019, et il y en a jusqu'à 90 cet automne.
L'association Escales solidaires comptait 40 visites en moyenne en 2019, et il y en a jusqu'à 90 cet automne. © André Abalo
Elles apportent du café, des repas, des vêtements, parfois des soins, et toujours du réconfort… Plusieurs associations assurent régulièrement des maraudes dans différents lieux de Limoges.

Ce dimanche 6 décembre, les bénévoles de l'association Escales Solidaires se sont arrêtés comme chaque semaine sur le parvis de la gare des Bénédictins pour accueillir des bénéficiaires particulièrement fragiles face à a crise sanitaire. 

Nous avons rencontré une habitante du quartier qui vit avec une cinquantaine d’euros par semaine. La crise sanitaire vient s’ajouter à ses préoccupations"Ca complique beaucoup les choses : comme moi je suis diabétique, je fais très attention pour sortir."
 

Ampleur particulière 


Cette année, le dispositif a une ampleur particulière. L’association comptait 40 visites en moyenne en 2019, et il y en a jusqu'à 90 cet automne.

Escales solidaires reçoit le soutien logistique des pompiers de l'urgence internationale pour accueillir dans de bonnes conditions sanitaires les nouveaux venus.

Pour la coordinatrice Marie Morlière, "il y a beaucoup de nouvelles familles qui sont tombées avec la crise Covid, qui avaient un petit emploi ou qui travaillaient dans la restauration, qui ont perdu leur emploi et qui ne connaissaient pas les circuits sociaux habituels."
 

Soutien exceptionnel


Les associations qui assurent des maraudes reçoivent un soutien exceptionnel de l'Etat qui a anticipé l'ouverture de son dispositif hivernal.

Selon la préfecture de Haute-Vienne, le nombre de places d'hébergement d'urgence a augmenté, avec 130 nouvelles places, en plus des 175 déjà prévues. C’est le 115 qui reçoit les demandes. 

326 000 euros ont été versés aux organismes qui dispensent des aides alimentaires, avec également un dispositif exceptionnel de chèques-services confié à la banque alimentaire, pour un montant de 137 340 euros. 

De quoi faire face aujourd'hui, mais la crise n'est pas terminée.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société coronavirus/covid-19 santé