Vers une possible disparition du théâtre Expression 7 à Limoges

Installé au 20 rue de la Réforme depuis près de quarante ans, le théâtre Expression 7 pourrait disparaitre en juin prochain. Limoges Habitat, propriétaire des lieux, souhaite récupérer le site pour construire, entre autre, des logements sociaux.

Un théâtre en sursis et, pour une fois actuellement, sans que la Covid en soit responsable !

La disparition, c’est en effet le sort qui plane au-dessus d’Expression 7, fondé en 1981 à Limoges, par le metteur en scène Max Eyrolles.

C’est le théâtre qui l’a annoncé ce jeudi 14 janvier, via un communiqué de presse.

La cause : des logements sociaux doivent être construits sur la parcelle que le théâtre occupe.

C’est Limoges Habitat, premier bailleur social du Limousin avec plus de 13 000 logements, qui loge un quart de la population limougeaude, un EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) chapeauté par Limoges Métropole, qui est propriétaire des lieux depuis 2010.

Son actuelle présidente, l’élue limougeaude Catherine Mauguien-Sicard, nous a précisé que le théâtre était au courant « depuis au moins cinq ans, depuis que les premières destructions dans l’îlot ont débuté ».

Mais le théâtre, dans son communiqué, dit avoir été prévenu le 18 janvier 2019, de libérer les locaux au 30 juin 2020. Un délai rapporté à décembre 2020 et désormais au 30 juin 2021, à cause de l’épidémie de Covid-19.

Si Expression 7 doit partir, c’est que Limoges Habitat entend se servir des lieux pour y construire des habitats sociaux « extrêmement qualitatifs », ainsi que des habitats « hauts de gamme ».

C’est un emplacement hautement stratégique sur le territoire de la ville, qui a de grands besoins et de logements sociaux, et d’habitats hauts de gamme

Catherine Mauguien-Sicard, présidente de Limoges Habitat

Un projet que ne remet d’ailleurs pas en cause Expression 7 dans son communiqué.

Toutefois, le théâtre aurait voulu y être intégré. Chose que n’accepte pas Limoges Habitat, précisant « qu’il n’était pas possible pour eux ni de maintenir cet édifice, ni dans ses compétences de relocaliser un projet artistique".

Catherine Mauguien-Sicard, jointe par téléphone, nous a indiqué que ni elle, (en tant que présidente), ni Limoges Habitat ne sont les « méchants de l’histoire ».

« J’ai été élue pour mener à bien ce projet si nécessaire, et c’est ce que j’entends faire. Et oui, je souhaite que les travaux débutent dès le mois de juillet prochain.
Après, je suis très sensible et au sort et à l’existence de ce théâtre, particulièrement avec la crise liée à la Covid.
Mais il ne fallait pas se réveiller maintenant, au contraire chercher des solutions depuis longtemps, car c’est une histoire qui dure. J’ai d’ailleurs attiré l’attention d’autres élus sur ce problème.
 ».

Expression 7 ne semble pourtant pas décidé à cette éventualité ; plutôt à la contester juridiquement.

Pour rappel, Expression 7 n’accueille pas que les seuls spectacles de la compagnie Max Eyrolles. En moyenne, une vingtaine de spectacles y sont proposés chaque année, vus par près de 4 000 spectateurs, dont certains en collaboration avec d’autres acteurs culturels Limougeauds.

Par ailleurs, Expression 7 emploie quatre salariés permanents, et assure une centaine d’emplois CDD/Intermittents par an.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre social économie logement société