Un savoir-faire et des techniques surprenantes : des artisans d'art se dévoilent lors des journées européennes des métiers d'art

Mortemart est la seule commune de Haute-Vienne à arborer le label envié de "Plus beaux villages de France". Le conseil municipal, comme les habitants, prêtent une attention particulière au patrimoine matériel et culturel. Ces journées européennes des métiers d'art sont l'occasion de rendre visible cet héritage auprès du public.

Tous ces artisans et artisanes sont habituellement dans leurs ateliers respectifs de céramique, ferronnerie d'art, tableaux en papier roulé, tapisserie d'ameublement, ébénisterie, gravure, imprimerie, marqueterie de paille, restauration de tableaux, coutellerie, décoration sur céramique. Là, c'est face au public qu'ils ont partagé leur art. 

Marion Degabriel est céramiste, diplômée en conception modelage, en art en industrie céramique. Elle exerce au cœur des Monts de Blond. Elle conçoit de la vaisselle en grès émaillé. Elle collabore aussi avec des artisans savonniers, feutriers, fleuristes, fromagers, comme avec des artistes peintres, décorateurs, illustrateurs. 

C'est très chouette de faire découvrir l'envers du décor de mon métier.

Marion Degabriel

artisane céramiste


"En général, on a du mal à se dire qu'on part d'un morceau de terre pour arriver à cette poterie."
appuie-t-elle. Le public, lui,  se montre curieux et intéressé. Comme Laurie, dont une amie lui a offert un jour une linogravure. Alors, grâce à la découverte des techniques et du savoir-faire de cet art, elle regardera différemment son tableau en rentrant chez elle. "Ça me donne même très envie de m'y mettre aussi !"

Fanny Etienne-Artur est illustratrice et graveuse à Peyrat-de-Bellac. Formée aux techniques anciennes d'imprimerie à l'école Estienne à Paris, elle travaille différentes techniques comme la xilogravure, la linogravure, la gravure à la pointe sèche sur des plaques de zinc ou de cuivre. La linogravure se travaille sur un matériau appelé un linoleum. La technique de gravure en taille d'épargne consiste à enlever les blancs du résultat final, l'encre se posant alors sur les parties non réservées, donc en relief. Le papier pressé sur la plaque conserve alors l'empreinte de l'encre. C'est le même principe pour la gravure sur bois et la gravure métal.

Les gens qui viennent pendant ces journées se montrent particulièrement intéressés par les techniques, on a de vrais échanges de savoirs et on a un peu l'impression de susciter des envies, ce qui est joli.

Fanny Etienne-Artur

Illustratrice graveuse

Des techniques surprenantes

Autre technique remarquable : celle de la marqueterie de paille. Vincent Gandois est ébéniste, spécialisé dans l'art délicat de la marqueterie de paille à Saint-Junien. Il conçoit et fabrique du mobilier et des objets de décoration intérieure, des pièces uniques ou en série limitée. Avec une volonté écoresponsable, il ne travaille que des essences de bois locales. Il y incruste du nacre, du mica, du gypse, de la corne... sa touche artistique fait le reste. Quand il travaille la paille, qu'il reçoit en petits bouquets teintés, soit il la colle sur un support medium ou massif, soit il la scinde en différents brins pour les applatir et coller. Entre savoir-faire traditionnel et regard contemporain.

Tout le monde connait la marqueterie de bois avec des essences précieuses ou plus ou moins précieuses, mais on arrive à faire des choses extrêmement fines avec d'autres matériaux comme la pierre ou la paille sur des lampes ou des têtes de lit par exemple.

Vincent Gandois

Artisan en marqueterie de paille

Des métiers d'art qui s'ouvrent après des formations possibles en Nouvelle-Aquitaine et sur lesquels des informations sont dispensées tout au long de l'année.

Partout en France et en Europe, les Journées Européennes des Métiers d’Art sont donc un événement unique au monde pour une meilleure reconnaissance du secteur des métiers d’art. Ce sont des temps de démonstrations de savoirs-faire, d'initiations et d'échanges suffisamment rares pour être appréciés.