Limousin : les apiculteurs retrouvent le sourire

Avec un printemps pluvieux cette année, la récolte de miel s'annonçait mauvaise. Mais l'épisode caniculaire a permis de rattraper ce mauvais départ. De quoi rassurer les apiculteurs.

 
Malgré des conditions climatiques difficiles, toute la récolte de miel n'est pas perdue pour les apiculteurs du Limousin.
Malgré des conditions climatiques difficiles, toute la récolte de miel n'est pas perdue pour les apiculteurs du Limousin. © Via Pixabay
Cette année les apiculteurs ont eu les nerfs à vif. Les basses températures du mois de mai ainsi que l'épisode caniculaire de la fin juin ont mis leurs cheptels d'abeilles à rude épreuve. 

Confronté au temps pluvieux du printemps, Nicolas Laudoueineix, apiculteur à Surdoux, reconnaît qu'il a eu peur pour sa production de miel. "On a eu une période extrêmement longue: environ 8 semaines, explique-t-il. Il a donc fallu maintenir les abeilles."

Les conditions climatiques et météorologiques ont été bonnes

 

Heureusement pour lui, "depuis 15 jours [...] les conditions climatiques et météorologiques ont été bonnes" grâce à la châleur, et ses abeilles ont pu reprendre leur travail pour rattraper leur retard. 

Le constat est le même sur tout le territoire du Limousin: une semaine de pluie en plus et la récolte aurait été définitivement perdue.

L'épisode météorologique du printemps aura tout de même des conséquences sur l'ensemble de la production. Certaines variétés de miel seront plus touchées que d'autres. "Il y aura peu de miel de printemps, peu de miel d'acacias", reconnaît Nicolas Laudoueineix. Un manque qui, selon l'apiculteur, devrait être compensé par le miel de bourdaine, de ronce et de châtaignier dont la récolte s'effectue plus tardivement dans la saison. 

On a perdu un bon tier de la récolte

Si les apiculteurs limousins devraient sauver leur année, certains comme Jean-Pierre Jeandeau, installé à Sauviat-sur-Vige, ne pourront toutefois pas rattraper le mauvais départ du printemps: "On a perdu un bon tiers de la récolte. Par exemple, sur le miel d'acacia je n'ai fait que sept kilos par ruche au lieu de 20 ou 25 kilos..."

La météo stable de ces prochaines semaines devrait favoriser le travail des abeilles. Il faudra toutefois attendre une quinzaine de jours pour avoir une idée précise de la récolte 2019.


 
Limousin : les apiculteurs retrouvent le sourire
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apiculture agriculture économie environnement société météo