"Pour ma planète" : En Haute-Vienne, une des plus grandes exploitations de pommes bio de France

Publié le Mis à jour le

« Pour ma planète » donne la parole à ceux qui agissent pour l'environnement en Limousin. Alors que la récolte 2019 bat son plein, découvrons une des plus grandes exploitations de pommes bio de France. Entre Haute-Vienne, Dordogne et Creuse, la famille Teulet exploite 350 hectares de vergers.

Il y a encore 10 ans, Sandrine Ferrier et son époux Cyril, arboriculteurs à La Roche l'Abeille en Haute-Vienne, produisaient des pommes en conventionnel.

Pourquoi être passé au bio ?

"On en avait ras-le-bol ! Un jour, un monsieur est venu un dimanche en nous insultant : vos traitements ! vos traitements ! J'ai dit à mon mari, il faut qu'on arrête, on va devenir fous !" Sandrine Ferrier et son mari décident alors de passer au bio. Progressivement, la conversion totale des 350 hectares de vergers se fait en bannissant les produits phytosanitaires.

Comment lutter contre la tavelure en bio ?

La tavelure est un champignon microscopique qui, lorsqu'il se développe, n'empêche pas la consommation de la pomme mais la rend impropre à toute commercialisation.

Quand il pleut beaucoup, la tavelure se développe et une fois installée, on ne peut plus rien faire pour la stopper. Sandrine Ferrier

Les exploitations bio ont le droit d'utiliser en traitement préventif du soufre et du cuivre dans une certaine mesure pour lutter contre ce champignon. La famille Teulet pulvérise également ses pommiers de kaolin (de l'argile), pour renforcer la protection des fruits.

L'autre ennemi de la pomme : le carpocapse 

Le carpocapse est un lépidoptère qui se développe dans le fruit. Pour lutter contre cette chenille, considérée comme un parasite, il est conseillé de se débarrasser des pommes contaminées dès leur chute avant que les carpocapses ne rejoignent la terre. Il existe également un répulsif efficace :

Notre moyen de lutte, c'est un diffuseur placé sur les arbres et contenant des phéromones. Ces dernières sont libérées toutes l'année et permettent d'éviter que le papillon mâle trouve la femelle. Cela fonctionne très bien. Emmanuel Chapeau chef de culture sur l'exploitation Teulet

Des auxiliaires naturels ?

L'exploitation Teulet produit bon an mal an 12 000 tonnes de pommes bio, essentiellement de la Golden. Elle dispose également de 80 ruches pour polliniser les vergers. D'autres auxiliaires naturels comme les coccinelles et les syrphes (dites mini-guêpes) sont utilisés pour lutter contre les ravageurs tels les pucerons.

Avantages et inconvénients du bio ?

Retravailler avec la nature et éliminer l'apport de produits chimiques, redonner aux consommateurs un produit sain, naturel. Pour les inconvénients, il y a plus de travail dans les vergers, notamment au printemps où il faut du personnel, des tracteurs, des machines pour désherber. Emmanuel Chapeau chef de culture sur l'exploitation Teulet

Une fois que l'on est passé en bio, on se dit que la chimie c'est fini, on ne revient pas en arrière. On respire mieux, on serait complètement fous de faire marche arrière. Sandrine Ferrier, pomicultrice à La Roche l'Abeille (87)

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité