Parler du sexisme en milieu rural pour déconstruire les stéréotypes de genre

Publié le
Écrit par Noa Thomas .

Si le monde agricole se féminise, le sexisme lui n’a pas disparu pour autant. Face à ce constat, le lycée agricole de Saint-Yrieix met en place un cours obligatoire à destination de ses étudiants avec un objectif : déconstruire les stéréotypes de genre.

Parler de consentement, d’intimité et de sexisme en classe. Voilà la petite révolution qui se déroule en ce moment au lycée agricole La Perche.

Parler, discuter, s'interroger  

Dans cette classe composée majoritairement d’hommes, ce cours est bien reçu de la part des étudiants qui n’ont que rarement l’occasion d’aborder ce sujet. "Parfois on a plus de facilités de parler à des inconnus que parler à nos parents", explique Lucas l'un des élèves de la classe.

 A travers la discussion et le débat, les étudiants sont invités à s’exprimer mais aussi à remettre en question certains stéréotypes homme/femme encore très prégnants dans ce métier. Pour Timéo par exemple,

ceux qui sont le plus à la ferme c’est les garçons, les filles c’est souvent dans la paperasse

Timéo, élève au lycée agricole de Saint-Yrieix

Pourtant, et ce depuis plusieurs années, la profession se féminise. Aujourd’hui, on dénombre environ un demi million d’agricultrices en France. Alors, les futures agricultrices sont bien déterminées à faire changer les mentalités.

Mathilde Buisson, en formation dans le lycée agricole, se souvient des premières remarques, notamment sur le fait d'avoir des enfants, qui ont pu lui être faites lors de son choix d'orientation. "Je ne pense pas qu'on poserait la question à un garçon", estime la jeune femme qui ne compte pas baisser les bras pour autant, bien au contraire.

Quand on lui demande si elle sera capable de faire de la mécanique cela ne fait aucun doute pour Mathilde qui répond simplement : "A partir du moment où je suis un être humain, fille ou garçon, j'apprendrai les choses et puis voilà ! "

Un manque de structures 

Plus généralement, le Limousin manque encore de lieux dédiées à l’éducation sexuelle et à la lutte contre le sexisme. Ainsi, le planning famillial, structure de référence pour ces missions, n'a pour le moment qu'une seule antenne sur le territoire, basée à Limoges. " Le milieu rural à besoin qu'on vienne et qu'on aborde ces sujets là. Pour moi, c'est offrir des espaces où l'on peut discuter, réfléchir, s'interroger et aussi trouver de l'information", souligne Johane Richand, animatrice coordinatrice du planning familial 87.

Dans cette perspective, une nouvelle structure locale s'installera à Saint-Yrieix-la-Perche au cours du mois de mars 2022. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité