Sur la piste du kaolin à l'origine de la porcelaine de Limoges

On fête cette année les 250 ans de la première porcelaine sortie d'un four à Limoges. Le développement de cette industrie s'est fait en partie grâce à l'argile de kaolin découverte au sud de la Haute-Vienne en 1768. Retour sur cette histoire.

Des restes d'anciennes mines de kaolin à St-Yrieix-la-Perche en Haute-Vienne.
Des restes d'anciennes mines de kaolin à St-Yrieix-la-Perche en Haute-Vienne. © A.Jegat/FTV

Grâce à la porcelaine, Limoges est célèbre dans le monde entier, toujours synonyme de luxe et d'arts de la table. Et l'une des pierres à l'origine de cette porcelaine, le kaolin, se trouve non loin de la ville.  

Tout a débuté à St-Yrieix-la-Perche en 1768. Jean-Baptiste Darnet, un médecin local signale l'existence de gisements de kaolin alors que sa femme utilise une poudre blanche issue de cette roche très friable pour faire la lessive !

"Il a été intrigué par la nature de cette argile et en a parlé à un apothicaire bordelais prénommé Vilaris qui avait davantage de compétences géologiques et qui avait saisi qu'on pouvait faire autre chose que de la lessive" explique Romain Boisseau, historien local devant l'ancienne maison de Jean-Baptiste Darnet.

Le filon est rapidement trouvé et dès l'année suivante des dizaines de carrières s'ouvrent autour de St-Yrieix dont la plus connue à Marcognac, exploitée pendant près de 200 ans.  Et en 1771, un médaillon en biscuit est la première porcelaine à sortir du four d'une manufacture de Limoges après l'introduction en occident de cette technique de fabrication issue de Chine.

Sur la piste du kaolin à l'origine de la porcelaine de Limoges

A St-Yrieix, un musée retrace ainsi l'histoire du kaolin et un autre lieu inattendu évoque ce glorieux passé : un laboratoire d'analyses médicales où se trouve toujours, comme décoration, le mécanisme du premier moulin permettant de fabriquer de la pâte à porcelaine et dont Jean Baptiste Darnet était le directeur.

Les rouages du moulin broyaient le kaolin, le quartz et le feldspath pour faire la pâte à porcelaine.

Catherine Demonpion, association "les amis de Marcognac".

Production actuelle

Il y a eu ausi des mines sur les monts d'Ambazac au nord de Limoges et à Aixe-sur-Vienne a été créée en 1786, la société "Kaolin et pâte céramiques du Limousin" (KPCL) qui existe toujours sous le nom d'Imerys aujourd'hui. Cette usine est la seule en France à produire de la pâte à porcelaine mais le kaolin n'est plus extrait des terres limousines depuis le début des années 1980.

Il y a encore du kaolin en Haute-Vienne mais on ne connait pas le volume. Aujourd'hui, il est extrait de Montluçon et Beauvoir dans l'Allier et en Bretagne.

Dominique Ligouret, directeur d'Imerys (87).

 

Chaque année, l'usine produit 15 000 tonnes de pâtes à céramique. La matière première n'est plus vraiment Limousine mais le savoir-faire reste lui, typiquement régional, que ce soit pour la pâte ou la porcelaine de Limoges dont les 250 ans d'existence sont retracés dans une exposition au four des Casseaux depuis le 10 juin et jusqu'au 30 octobre 2021. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
porcelaine de limoges culture patrimoine