• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Hendaye : les hydocarbures retrouvés sur les oiseaux proviennent bien du Grande America

Deux oiseaux marins ont été retrouvés sur les plages d'Hendaye, dans les Pyrénées-Atlantiques, mardi 19 mars et de Messanges, dans les Landes morts et souillés aux hydrocarbures. Après analyses, la pollution provient bien du navire italien Grande América qui a fait naufrage la semaine dernière.

Par CB

Dans un communiqué, les préfectures des Landes et des Pyrénées-Atlantiques confirment ce que l'ont pouvait penser.
Ce n'est peut-être que le début de l'impact du naufrage sur la faune et la flore littoral.
Les oiseaux mazoutés en sont souvent les premiers signes, visibles, de cette pollution.

Fou de Bassan et Grand Labbe

Mardi 19 mars, un oiseau, un Fou de Bassan, mort et souillé aux hydrocarbures a été découvert sur la plage d’Hendaye. Il a été acheminé vers le centre de soins de la faune sauvage Hegalaldia d'Ustaritz.

Mercredi 20 mars, un autre oiseau, Grand Labbe, vivant, et également souillé aux hydrocarbures, a été récupéré sur une plage de Messanges. Il a été pris en charge par le centre de soins de la faune sauvage Alca Torda dePouydesseaux, en vue de son nettoyage.
C'est un fou de Bassan comme celui-ci qui était "mazouté" du fioul issu du Grande America.
C'est un fou de Bassan comme celui-ci qui était "mazouté" du fioul issu du Grande America.
 

Des prélèvements ont été réalisés sur ces deux oiseaux et communiqués pour analyse au Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE) en vue de l’identification de la nature et de l’origine du produit. Le résultat des analyses montre que le polluant provient du fioul du navire Grande America.

Ce vendredi, François De Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, avait rencontré Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des Oiseaux (LPO), lors de son déplacement à la Rochelle , pour évaluer les moyens nécessaires à la LPO pour faire face à un afflux d’oiseaux mazoutés.

Par ailleurs, il a considéré qu'"il n'y a pas de risque de pollution chimique" "vues les masses d'eau à 4500 m de profondeur", concernant les conteneurs qui ont coulé avec le bateau.
 
François de Rugy

A lire aussi

Sur le même sujet

Tribunal de Bayonne : le commercial "gérait" ses stocks de jeux vidéos et les revendait sur internet

Les + Lus

Les + Partagés