Cet article date de plus de 3 ans

Jumping de Bordeaux : quand les lycéens deviennent bénévoles le temps de la compétition

Une quarantaine de lycéens de Blanquefort en Gironde interviennent en tant que bénévoles au Jumping de Bordeaux qui se tient du 1er au 4 février. Une aubaine pour ces passionnés qui mettent tout en oeuvre pour le bon déroulement des épreuves.
© France 3 Aquitaine
Dans les tribunes, ils forment une masse rouge et bleue. Ce jeudi matin, avec leurs casquettes et gilets aux couleurs du Jumping de Bordeaux,  les élèves du lycée de Blanquefort suivent avec attention les épreuves de la finale de la coupe des clubs.
 

Leur mission : monter une piste

Certains sont en bord de piste, prêt à se lever et remettre en place les barres pendant les épreuves. « Ils sont l’équivalent des ramasseurs de balles à Roland Garros », sourit Virginie Normand. Cette professeur au lycée agricole de Blanquefort en Gironde accompagne depuis douze ans ses élèves au Jumping de Bordeaux. Certains sont en option hippologie et équitation, quand d’autres sont apprentis palefreniers. Tous passent les quatre jours du Jumping à accompagner la compétition en tant que bénévoles.



Si les 41 lycéens qui participent à l’opérations sont aux premières loges pour les compétitions, et pourront approcher les plus grands cavaliers, ils savent qu’on ne les a pas fait venir pour apprécier le spectacle « On les prépare avant de venir ici à monter une piste,  et tout mettre en place.  Leur mission,c'est de  monter les obstacles et mettre en place le matériel », rapporte  Virginie Normand.
 
 

Timing serré

 
« Pour l’instant tout va bien, mais à partir de demain, les compétitions importantes commencent, et le timing sera serré », s’inquiète Lisa, lycéenne.
C’est effectivement  au pas de course que la piste se prépare entre les compétitions. « Les télés du monde entier nous rediffusent en direct, parfois on n’a que 7 minutes pour vider une piste, c’est vrai qu’il vaut mieux ne pas se rater », renchérit Virginie Normand.
 
Quelques minutes pour ramener la voiture sur la piste, installer les obstacles, en déplacer, en rehausser en fonction des épreuves planifiées, la tâche n’est pas simple. Mais la récompense est à la hauteur pour ces jeunes mordus d’équitation. « J’étais déjà venue assister au Jumping avec mes parents, raconte Lisa. Mais c’est la première fois que je foule cette piste, poursuit-elle. Ca fait quand même quelque chose. »

Au Jumping de Bordeaux, les bénévoles sont des lycéens

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jumping de bordeaux sport équitation