Consommation : le kiwi rouge, une nouvelle culture dans les Landes

Publié le Mis à jour le
Écrit par SP avec Alexandre Perron et Laurent Montiel

C'est un fruit encore méconnu du grand public et sa production est pour l'instant confidentielle mais le kiwi rouge a plus d'un atout pour séduire le consommateur. Sa récolte dans les Landes vient de se terminer.

C'est l'un des fruits d'automne les plus appréciés des Français: le kiwi. Chaque foyer en consomme un peu moins de cinq kilos par an.

Ces dernières années, il n'a cessé de se réinventer. La famille s'agrandit, sa palette de couleurs aussi. Plus doux, moins amer et beaucoup plus sucré que le kiwi vert, le kiwi rouge, originaire de Chine, tente de s'implanter dans le sud-ouest.

C'est d'abord en Lot-et-Garonne qu'il fait son apparition en 2018. Le territoire abrite la plus importante exploitation de kiwis rouges de France, à Boé, près d’Agen.

Jusque-là, cette variété était exploitée en Europe uniquement en Italie et en petite quantité. Depuis, elle a gagné un peu de terrain et séduit désormais une poignée d'agriculteurs landais. 

Philippe Malet est de ceux-là. Il a choisi de cultiver les premiers kiwis rouges landais en bio. Le producteur a planté 500 plants il y a deux ans à Aire-sur-l'Adour : 60 % de jaunes et 40 % de rouges.

Cette année, il récolte ses premiers fruits haut de gamme sous une serre photovoltaïque d'un peu plus de trois hectares. Une condition sine qua non, car le fruit est très sensible à la bactériose PSA, maladie qui entraîne un affaiblissement de la plante jusqu’à sa mort.

Dans ce verger atypique aux allures de ferme, les pintades, les poules et les canards chassent naturellement les mulots et reculent les indésirables comme les parasites. 

La cueillette se termine et l'agriculteur a le sourire. " Je trouve qu'il y a un gros potentiel ! On doit améliorer encore pas mal de choses, comme les calibres, mais je pense qu'on aura au final un très beau produit ! "

Le producteur travaille avec une coopérative. Philippe Malet tâtonne, expérimente. "Sur cet arbre, on a fait des essais de densité, on a laissé trop de fleurs, mais c'était volontaire, là, c'est trop petit !" 

Un petit air de tropiques

L'implantation de ce kiwi est en phase de test sur les terres de l'Adour.

"Au niveau du goût, c'est vraiment surprenant" souligne Patrick Piquin, le directeur Scaap Kiwifruits de France. Il ne tarit pas d'éloges sur ce nouveau fruit qui se rapproche des fruits exotiques des milieux tropicaux. 
"On est sur un fruit très original avec une chair légèrement jaune et tout un coeur de fruit vraiment rouge et au niveau des arômes, c'est aussi très surprenant, car on ne retrouve pas l'acidité que l'on a dans le kiwi vert qui est apprécié par beaucoup mais on retrouve au contraire un goût tres fruité, tres sweety, très doux !" 

Contrairement à son cousin, le kiwi vert, le rouge est plus petit, 80-90 grammes. Il est aussi plus cher. Autour de 10 euros le kilo sur les étals, contre 3 € en moyenne pour le vert.

Alexandre Perrin et Laurent Montiel se sont rendus sur l'exploitation à Aire-sur-l'Adour  :

La production est encore confidentielle. Seulement trois ou quatre tonnes seront recoltées cette année dans les Landes.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.