• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Landes : il retrouve un sachet plastique et un bouton de vêtement dans le ventre du poisson qu'il vient de pêcher

© Olivier Froustey
© Olivier Froustey

Un pêcheur a eu la désagréable surprise de découvrir un sachet en plastique et un bouton de vêtement à l'intérieur d'un bar de deux kilos, tout juste pêché au large de Contis dans les Landes. Le jeune homme alerte sur l'ampleur de la pollution plastique des océans. 

Par MK

"En revenant de pêche, j'aime bien voir ce que les poissons ont dans le ventre… Mais là je ne m'attendais pas à ça". Samedi 7 septembre, Olivier Froustey, pêcheur amateur, palpe les intestins d'un bar de deux kilos, ramené lors d'une sortie au large de Contis . "J'ai senti quelque chose de bizarre donc j'ai sorti mon couteau pour jeter un œil. "

"J'ai eu froid dans le dos"


La surprise est de taille. Dans le ventre de la bête, pas d'anchois, de crabes ni de petits poissons, mais un sachet en plastique contenant un bouton, de ceux qui sont accrochés sur les vêtements neufs en boutique.

"J'ai eu froid dans le dos quand j'ai vu ça, assure Olivier Froustey. Je savais très bien que le plastique polluait les océans. Mais j'y étais sensibilisé via des vidéos qui se déroulaient souvent loin, à l'étranger…
 

Là, j'ai vraiment pris conscience de ce qui se passait, sous nos yeux.


"En hiver, les plages ne sont pas nettoyées, et on voit bien l'ampleur du problème de la pollution au plastique, poursuit Olivier Froustey. C'est quelque chose que j'observe depuis toujours. Mais je n'avais jamais vu ça dans un poisson, ni mon père, qui était marin-pêcheur." 

Près de 2 000 partages

Le pêcheur poste alors des photos de sa triste trouvaille sur Facebook. Une publication partagée près de 2 000 fois, et qui suscite des centaines de commentaires. "Je l'ai postée pour que les gens comprennent que… c'est réel. La pollution plastique est partout. Et encore, là c'est la partie visible, on ne parle pas des microplastiques…."

 



Le jeune homme, professeur des écoles se souvient avoir abordé le sujet l'an dernier avec une intervention de l'association Surfrider. "Ils avaient bien expliqué que cette pollution commençait dès qu'on jetait un bout de plastique à proximité d'une rivière. Là, c'est sûr que si on doit à nouveau aborder le sujet, les enfants pourront voir à quel point c'est concret !".
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les urgentistes de Périgueux maintiennent leur grève

Les + Lus