Landes : une pétition contre la pollution de l'eau potable

Un landais sur cinq est concerné par un taux anormalement élevé de pesticides dans l'eau potable / © C. Alet
Un landais sur cinq est concerné par un taux anormalement élevé de pesticides dans l'eau potable / © C. Alet

Un collectif de sept associations de consommateurs a déposé jeudi dernier à la préfecture des Landes une pétition de plus de 3000 signatures. Elle condamne la présence de pesticides dans l'eau potable de plusieurs captages du département. 

Par Amy Mcarthur

Alors que l'Assemblée nationale vient de voter contre l'interdiction du glyphosate, le débat de l'eau potable dans les Landes refait surface. Une pétition, déposée à la préfecture de Mont-de-Marsan le jeudi 26 mai, réunit 3 332 signatures contre la présence de pesticides et herbicides dans l'eau potable de certaines communes landaises. 

Une version de cette pétition est consultable en ligne : 

Dans le viseur notamment, des taux élevés de métabolites de pesticides. Sont pointés du doigt les cultures intensives de maïs, présentes sur de nombreuses communes du département. 

A Villeneuve-de-Marsan, des mesures ont déjà été mises en place pour limiter la pollution des nappes. Des filtres à charbon mobiles du Syndicat d'équipement des communes (SYDEC) ou des machines à désherbage mécanique de la Coopérative d'utilisation du matériel agricole (CUMA) des Landes, à découvrir dans ce reportage : 
 

29.05.2018 sujet pollution pesticides eau landes
Landes : des mesures mises en place pour limiter la pollution de l'eau potable - F3 NA - L. Tachon ; C. Alet & X. Granger

Pour l'ARS, la situation n'est pas critique

L'Agence régionale de santé veut toutefois calmer les esprits au sujet de la pollution de l'eau potable : dans ce communiqué, qui date d'avril 2017, il rappelle que

Les concentrations maximales mesurées dans les eaux potables des Landes pour ces substances [l’alachlore et métolachlore] sont inférieures à 3 microgrammes /L. Elles se situent bien en-deçà des « valeurs sanitaires maximales » fixées respectivement à 50 microgrammes /L et 510 microgrammes /L pour les produits de dégradation de l’alachlore et du métolachlore. 

Il concède malgré tout à un "dépassement de norme qui ne peut pas perdurer". En effet, les conséquences à long terme des pesticides sur la santé sont encore méconnues, comme précisé dans ce rapport de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). 

A l'heure actuelle, un landais sur cinq est concerné par la pollution de l'eau par les pesticides et herbicides

A lire aussi

Sur le même sujet

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus