Covid-19 dans les Landes : les professionnels du Pôle santé de Mimizan lancent un appel aux dons

Depuis fin août, des infirmières et des kinés assurent du lundi au vendredi des dépistages Covid. Mais leur stock de matériel de protection n'est pas suffisant pour assurer les tests PCR ou les futurs tests antigéniques. Ils ont besoin de la générosité des entreprises de la région.

Un test PCR réalisé sur une personne contact, novembre 2020.
Un test PCR réalisé sur une personne contact, novembre 2020. © France 3 Aquitaine
 Aujourd'hui, ils n'ont plus de gants ni de surblouses. "Les professionnels du pôle santé de Mimizan œuvrent, depuis plusieurs mois maintenant, pour assurer votre sécurité. Nous pratiquons les dépistages covid-19 en drive à la Maison de Santé de Mimizan tous les jours du lundi au vendredi sur RDV. Ceci a été possible grâce à votre générosité durant la première vague. Aujourd’hui, le nombre de tests à réaliser augmente et nos stocks, en matière d’équipements de protection, s’amenuisent". L'appel à la générosité est lancé.

"Aidez-nous à nous protéger" 

"Des gants en latex, des surblouses, des surchaussures, de la Solution hydro-alcoolique. Ce matériel peut être déposé à la Maison de santé de Mimizan à n’importe quel moment de la journée".
Vanessa Ortiz, infirmière libérale qui travaille au pôle santé de Mimizan, a publié la liste du matériel nécessaire sur sa page Facebook le 10 novembre.
Vanessa Ortiz est l'une des premières soignantes qui a été volontaire pour être formée à la pratique des tests PCR au mois d'août. "Mimizan est situé en zone littorale et il y a beaucoup de monde en été. La demande de tests Covid a été forte", précise la professionnelle de santé. Dès le premier confinement, comme elle, des soignants libéraux du secteur de Mimizan se sont mobilisés pour créer un stock utile de matériel médical. Un stock qui a été utilisé pour venir en renfort au laboratoire de biologie médicale Forté Bio qui a du faire fasse à une forte demande.

Ainsi, un centre de dépistage a été installé avec l'accord de l'ARS sous un chapiteau sur le parking de la Maison de santé de Mimizan. Entre 15 et 25 personnes par jour ont pu être accueillies et testées par des infirmières et des kinés volontaires qui sont au nombre de seize. "C'est un travail qui se fait en binôme pour une question d'organisation mais aussi d'hygiène. Il y a huit préleveurs et huit assistants qui s'occupent de la partie administrative durant les prélèvements". Les dépistages se font sur le temps de repos des infirmiers et des kinés volontaires lors de la pause déjeuner ou carrément sur un jour de repos. "L'acte de dépistage est rémunéré 4 euros net et l'assistant n'est pas payé, c'est du bénévolat", explique Maylis Grégoire, la coordinatrice du Pôle santé de Mimizan. "Les soignants sont conventionnés par le laboratoire d'analyse pour faire ce dépistage. Mais la rémunération des actes ne permet pas d'acheter du matériel médical en quantité", poursuit la coordinatrice qui regrette certains commentaires sur les réseaux sociaux d'internautes qui pensent que les soignants gagnent beaucoup d'argent et qui mettent en doute le bienfondé de leur appel aux dons...

Refaire les stocks de matériel

Aujourd'hui, les tests PCR ont été interrompus au pôle de santé à la demande du laboratoire de biologie médicale Forté Bio qui n'a plus besoin de renfort car la demande a baissé après deux semaines de confinement. "C'est un concours de circonstance, mais au final ça tombe bien car notre stock était à zéro", commente Maïlys Grégoire. Les kits de prélèvements étaient fournis par le laboratoire mais les surblouses et gants manquaient.

J'ai du commandé sur internet des ponchos en plastique fabriqués en Chine, c'est moins cher !

Vanessa Ortiz, infirmière libérale du pôle santé de Mimizan

Vanessa Ortiz regrette de devoir presque "se mettre des sacs poubelles pour faire les prélèvements" face à la pénurie de matériel adéquat. "La période est plus calme, mais on a besoin de refaire les stocks en prévision des prochaines car la crise sanitaire n'est pas terminée. Il y aura bientôt, les nouveaux tests antigéniques à réaliser, ils sont plus rapides mais l'équipement de protection est le même pour les soignants. Comment allons-nous faire également pour le suivi des patients Covid à domicile ?"

L'appel aux dons a été lancé en fin de semaine dernière. Déjà trois entreprises ont fourni des blouses et des gants au Pôle santé de Mimizan.

Le premier appel aux dons avait été un succès lors du premier confinement. Dès le 27 mars, Vanessa Ortiz avait publié une vidéo sur sa page Facebook pour expliquer la nécessité de s'équiper quand ont est soignant : se protéger soi-même, mais surtout protéger les patients.

  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société solidarité