VIDEO. Dans les Landes : les physalies très urticantes sont de retour sur les plages du littoral

Elles ont été vues à Capbreton, Mimizan ou encore à Lit-et-Mixe. Les spécialistes alertent sur leur dangerosité car les physalies peuvent brûler plusieurs semaines après leur échouage sur le sable, et même provoquer un arrêt cardiaque.

Elles sont retour sur nos plages. Leur couleur bleutée et leur forme étonnante peuvent attirer les curieux, pourtant il faut éviter de les toucher à mains nues !

VIDEO : voir le reportage sur les physalies écouées sur les plages landaises.

durée de la vidéo : 00h01mn43s
Reportage à Capbreton de Thibault Grouhel et Camille Micheland ©France télévisions

Très urticantes mêmes mortes

On les surnomme aussi '"galère portugaise" ou vessie de mer. Les physalies, ou « fausses méduses », qui mesurent environ dix centimètres, sont des animaux vivant en colonies prenant la forme d'un superorganisme unique ressemblant à une méduse. Ce sont des siphonophores marins. Elles sont composées d'un flotteur, surmonté d'une voile et duquel partent de nombreux tentacules. Et elles sont très urticantes et représentent même un vrai danger pour les personnes vulnérables.

Il y en a beaucoup sur cette plage. Je fais très attention que mon jeune chiot n'en mange pas une !

Une promeneuse à Capbreton dans les Landes

France 3 Aquitaine

Cette espèce peut se révéler très dangereuse, au mieux, elle génère de grosses brûlures, mais cela peut aller jusqu’à la mort par arrêt cardiaque chez les personnes les plus sensibles.

Des physalies ont été observées également sur les côtes de Charente-Maritime et en Vendée.

La tentacule de la physalie peut mesurer jusqu'à 50 mètres. Et elle est très urticante, sa brûlure est plus intense que celle de la méduse.

Laëtitia Odinot, spécialiste méduses à l'aquarium de Biarritz

France 3 Aquitaine

Poussées par le vent marin

Les physalies sont probablement remontées avec le régime de vents observé depuis quelques temps et les dernières tempêtes en mer.

"On les trouve plutôt dans la partie Atlantique tropical, mais quand il y a du vent, une partie de la colonie est déportée et vient s'échouer sur nos côtes. C'est assez rare, mais cela arrive de temps en temps", selon Laëtitia Odinot, experte en méduses à l'aquarium de Biarritz.

"C'est grâce (ou à cause) d'elles que le choc anaphylactique a été mis en évidence par les scientifiques !", rappelle le Parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde dans un post Facebook sur les physalies du 4 janvier 2023.

Carte de la plage du Prévent à Capbreton (sud des Landes) où des physalies se sont échouées ces derniers jours.

L’ARS Nouvelle-Aquitaine avait mis en place un dispositif de signalement à partir de 2008. Dispositif stoppé en 2017 suite à l’arrêt des signalements.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité