Municipales 2020 à Biscarrosse dans les Landes : la discorde sur fond d'urbanisation et de ville en croissance

L'urbanisation de Biscarosse au coeur de la campagne des municipales 2020 / © Clément Alet
L'urbanisation de Biscarosse au coeur de la campagne des municipales 2020 / © Clément Alet

Gérée depuis 40 ans par la droite, Biscarrosse est en proie aux divisions. A droite, comme à gauche. La succession du sortant Alain Dudon, LR, est délicate, sur fond de discorde liée à l'urbanisation de cette ville en pleine croissance. Elle est le reflet de ces villes littorales qui séduisent. 

Par Christine Le Hesran

C'est une station balnéaire qui n'en finit pas de grandir. Biscarrosse, avec le charme de la côte océane et ses grands lacs dans la forêt, séduit de plus en plus les retraités, mais également des actifs. Mais voilà, Biscarrosse connaît aussi une crise de croissance si l'on en croit les dissensions au sein du conseil municipal depuis un certain temps, et les débats qui animent la campagne. 
 
Biscarrosse : le charme de la côte atlantique séduit de nouveaux résidents. / © Clément Alet
Biscarrosse : le charme de la côte atlantique séduit de nouveaux résidents. / © Clément Alet


La rançon du succès

Il faut dire que la cité landaise a connu un afflux massif : plus de 5 000 habitants en moins de 20 ans. Elle compte aujourd'hui un peu plus de 14 000 habitants et s'est hissée à la troisième place des villes en nombre d'habitants dans les Landes. Et elle devrait tendre vers les 20 000 habitants d'ici quelques années. Un  phénomène que l'on retrouve tout au long du littoral, notamment sur la côte atlantique. 

Alors, pour accueillir les nouveaux, il a fallu construire. La ville s'étend selon son propre plan local d'urbanisme qui déchire le conseil municipal sortant. Grandir, mais à quel prix ? Et là les voix sont divergentes. 
Biscarosse est une ville marquée à droite. Son maire, Alain Dudon, Les Républicains, a siégé durant trois mandats. Il a désigné son successeur, son adjoint Manuel Diaz qui défend un héritage.

Divisions sur tous les fronts

Mais c'était sans compter sur une autre adjointe, Hélène Larrezet, qui est partie en campagne depuis plusieurs mois et a trouvé le soutien du député local de la République en marche. Son cheval de bataille est loin de l'héritage revendiqué par son concurrent et ancien co-listier. Hélène Larrezet dénonce " une urbanisation non maîtrisée" , elle relate une crainte des habitants, " une menace sur le cadre de vie. " 
 
Les constructions vont bon train pour faire face à l'afflux des nouveaux arrivants, résidents permanents ou pas / © Clément Alet
Les constructions vont bon train pour faire face à l'afflux des nouveaux arrivants, résidents permanents ou pas / © Clément Alet


La gauche part en ordre dispersé. L'opposant au maire actuel, Patrick Dorville, a reçu le soutien de la section locale du parti socialiste bien qu'il ait rendu sa carte du PS en octobre 2018. Il revendique le rassemblement de l'ensemble des militants et du PC.  Il a été candidat malheureux aux précédents scrutins face au maire sortant.

Celle qui a toujours sa carte au PS, élue locale et régionale, Laure Nayac, porte une liste de citoyens et une nouvelle culture politique issue du mouvement des gilets jaunes. Elle veut porter la voie d'une part de la population qui est invisible à Biscarrosse. 

Pour comprendre ce qui différencie les différentes listes, Ludivine Tachon et Clément Alet ont demandé aux candidats s'il devenait maire, quelle serait leur priorité concrètement  ? 


►Pour Manuel Diaz et sa liste 
Municipales 2020 Biscarosse : Manuel Diaz investi par le maire sortant LR donne sa priorité


Pour Hélène Larrezet et sa liste ►

 
Municipales : Hélène Larrezet, soutenue par le député LREM

Pour Patrick Dorville et sa liste ►
 
Municipales : Patrick Dorville, élu de l’opposition soutenu par le PS local

Pour Laure Nayac et sa liste ►
 
Municipales 2020 : Laure Nayach, collectif "Biscarrosse en commun" donne sa priorité

 

Sur le même sujet

Les + Lus