De nombreux cèpes ont poussé ces derniers jours en Limousin et surtout en Dordogne. Ce sont les premiers de la saison et sur les étals des marchés touristes et locaux se les arrachent déjà. Mais cet engouement pousse certains cueilleurs à se servir dans les bois sans l'accord de leur propriétaire.

La star de la rentrée c'est lui. Le cèpe est enfin de retour. Et pour la première récolte de l'année, touristes et Périgourdins se sont rués sur le champignon brun à l'occasion du marché. Preuve de cette véritable passion certains producteurs ont vu leurs récoltes, parfois 20 kilos, vendue en près d'une heure.

La pousse du champignon, à quelque jours du début du mois de septembre, arrive à son terme, à moins "que les orages de ces derniers jour permettent un nouveau démarrage", estime Max Naboulet, producteur de fruits et légumes.

Cueillettes illégales

Mais cette folie du cèpe pousse parfois les glaneurs à commettre des incivilités. Parmi celles-ci la cueillette du champignon sans autorisation suscite la colère des propriétaires de bois.

Ces derniers se plaignent également de la dégradations des jeunes plants provoqué par les piétinages intempestifs des ramasseurs de cèpes. Il est pourtant interdit de cueillir le champignon sans l'accord du propriétaire du bois sous peine de s'exposer à une amende de 750 euros pour moins de 10 litres de cèpes. Les amateurs sont prévenus.

Lieu : Périgueux, le 26 août 2015.

Intervenants

1- Max Naboulet, producteur de fruits et légumes
2- Noël Bruneteaud, propriétaire forestier

Reportage de Lily Le Piver et Clémence Rouher. Montage : Sophie Giraud.

 

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité