Le conseil départemental de la Creuse menacé de banqueroute ?

Un audit financier récent fait état d'une situation très dégradée et prédit au département un risque de défaut de paiement

Situation plus que délicate pour le conseil départemental de la Creuse. Dans un rapport de 70 pages, l'analyste financier Michel Klopfer prédit au département un risque de cessation de paiement. 

Un indicateur qui ne trompe pas, la capacité d'autofinancement, réduite à 4% en 2014 : Pourtant selon Valérie Simonet, présidente du conseil départemental, "on sait que le seuil d'alerte est de 10% pour les collectivités départementales. Le seuil critique est à 7%". La fin d'année 2015 s'annonce donc très difficile selon la présidente. 

Concernant le bilan de l'ancienne majorité, l'audit ne signale cependant aucune irrégularité de gestion, aucun gaspillage et aucun emprunt toxique. L'explication de cette situation financière s'expliquerait par le déséquilibre entre recettes en baisse (et notamment les dotations de l'État) et dépenses sociales en forte hausse. 

  • Quelles solutions ? 
La majorité refuse une augmentation de la fiscalité. Reste donc à gagner 10 millions sur les dépenses, sans toucher à l'enveloppe sociale. Pour ce faire, il faudra jouer sur le personnel et les associations. Réponse toutefois insuffisante, raison pour laquelle la droite et la gauche précisent que la survie du département passera par l'État. 

Plus de précisions dans ce reportage réalisé vendredi 22 novembre 2015 à Guéret, avec les réactions de Valérie Simonet, présidente du conseil départemental de la Creuse et Jean-Luc Léger de l'opposition départementale.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité