• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les réactions au discours de Manuel Valls sur les départements

© IROZ GAIZKA / AFP
© IROZ GAIZKA / AFP

Beaucoup de Présidents de Conseils généraux ont réagi au discours du 1er ministre ce matin. Des réactions partagées qui reflètent le plus souvent l'opposition droite / gauche.

Par C.O

Les réactions au discours de Manuel Valls, lors de l’ouverture du 84eme Congrès des Départements de France, ont été nombreuses.

Certains Présidents de conseils généraux ont été rassurés par les propos du 1er ministre, considérant que sa position tendait à laisser une place aux départements dans le Réforme territoriale. Manuel Valls a même lâché un peu de lest sur le plan financier, proposant notamment de "pérenniser le fonds de solidarité" créé pour soulager les budgets sociaux des départements. Un point accueilli très positivement par certains élus.

Philippe Madrelle (Président du Conseil général de la Gironde) : "On est rassérénés"

Philippe Madrelle : "on est rassérénés"


Pierre Camani (Président du Conseil général du Lot-et-Garonne) : "une clarification des compétences du département"

Pierre Camani : "une clarification des compétences du département"


Georges Labazée (Président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques) : "les choses avancent dans le bon sens"

Georges Labazée : "les choses avancent dans le bon sens"

D’autres en revanche, souvent de l’opposition, ont considéré qu’aucune avancée n’avait été réalisée. Très remontés ils ont le sentiment que rien n'a été clairement défini. 


Jean-Claude Luche (Président du Conseil général de l'Aveyron) : "je n'ai rien appris !"

Jean-Claude Luche : "je n'ai rien appris!"


François Sauvadet (Président du conseil général de la Côte-d'Or) : "On est resté dans le flou le plus total"

François Sauvadet : "on est resté dans le flou le plus total"

Par ailleurs le socialiste Philippe Martin, Président du Conseil général du Gers et ancien ministre de l'Ecologie, s'est dit satisfait. Mais face à cette opposition entre socialistes et élus de droite il a tenu à rappeler qu'il fallait rassembler. Pour le lui le discours de Manuel Valls allait dans ce sens.


Philippe Martin (Président du Conseil général du Gers) : "un consensus droite/gauche"

Philippe Martin : "un consensus national droite/gauche"

 

Sur le même sujet

"Livres de proches" une application pour lire plus, découvrir et partager

Les + Lus