LGV : l'Etat lance des travaux pour réduire les nuisances sonores dénoncées par les riverains

La ministre des transports reconnait les nuisances sonores des LGV. Les plaintes des riverains ont été prises en compte. Coût estimé des travaux sur la LGV Sud-Europe-Atlantique : 22 millions d'euros. La prise en charge pourrait revenir à l'Etat pour 50 % et 50% pour les régions concernées. 
 TGV ATLANTIQUE : Autoroute A10 Passage d'un TGV OCEANE à proximité de Cubzac les Pont après le Viaduc de la Dordogne
TGV ATLANTIQUE : Autoroute A10 Passage d'un TGV OCEANE à proximité de Cubzac les Pont après le Viaduc de la Dordogne © David Thierry Maxppp
Depuis la construction de la LGV, c'est récurrent. Certains riverains se plaignent des nuisances comme à Marsas en Gironde il y a encore quelques semaines. Les habitants en ont assez d'entendre passer les trains.
Attentive aux plaintes formulées par les riverains de ces lignes, la Ministre a missionné le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable en mai 2018 afin à la fois : d’objectiver les nuisances ressenties, de proposer des mesures de traitement des situations de nuisances avérées, et d’étudier les éventuelles évolutions nécessaires des réglementations pour l’avenir.
 
Le rapport de médiation, rendu public ce jeudi 2 mai, confirme que la réglementation relative au bruit est respectée " même si certains cas de dépassement de seuils sont constatés et nécessitent
d’être traités directement par les concessionnaires qui en sont responsables." 

Le rapport identifie l’existence de nuisances avérées, liées non pas à un niveau de bruit régulier mais à des pics de bruit élevés lors du passage des trains. Si le bruit est donc limité en moyenne, la situation reste insupportable pour les riverains en raison de ces pics.

Pour Elisabeth Borne, le message est clair : 

On ne peut pas accepter que ces lignes à grande vitesse, qui représentent un progrès pour la desserte des territoires, puissent se traduire par des nuisances insupportables pour certains de nos concitoyens. Avec les mesures que nous allons prendre, les riverains impactés vont bénéficier des travaux de protection phonique nécessaires. Je sais combien ces améliorations sont attendues. Chacun peut par ailleurs compter sur ma totale détermination à faire évoluer le cadre à l’avenir pour mieux prendre en compte ces pics de bruit.

Gilles Bernard est retourné voir ceux qui se plaignaient du bruit

 

durée de la vidéo: 01 min 45
Réactions à la prise en charge des travaux






Qui va payer ? 


Pour y remédier, la Ministre demande un passage à l'action sans délai, " selon les cas par une adaptation de l’infrastructure (rehaussement de talus, prolongation de mur) ou une isolation des habitations."
Le coût total de ces travaux complémentaires est estimé à 22 Millions d'euros sur la ligne LGV qui arrive à Bordeaux.
La prise en charge revient aux cofinanceurs du projet, répartie à 50 % pour l’Etat, et 50% pour les collectivités locales, conformément aux principes du financement de ces lignes.

Réponse du président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, ce vendredi matin : " On paiera "

Les conventions de financement devront être signées à l’été, c'est une exigence de la Ministre Elisbeth Borne. 
Il faudra donc aussi faire mieux pour les prochaines lignes en projet. 

Des travaux très attendus pour les riverains de la ligne LGV. Un rappel des nuisances dans ce reportage de Catherine Bouvet ►
 
durée de la vidéo: 01 min 06
LGV : l'Etat demande de traiter les nuisances sonores




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie