En Limousin, 16 classes fermées en raison du Covid-19, aucune fermeture d'école

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer annonçait le 16 septembre 2020 la fermeture de 2 100 classes et de 81 établissements. Quinze jours après la rentrée, on fait le point en Limousin.
Au niveau national, 2 100 classes et 81 établissements fermés. D'après le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer ces fermetures ne représentent que "0,13% des quelque 60 000 établissements scolaires du pays". Un chiffre relativement bas dans l'hexagone mais qu'en est-il en Creuse, en Corrèze et en Haute-Vienne ?

Le 17 septembre 2020, l'Académie de Limoges dénombre 16 classes fermées : 12 en Haute-Vienne, 4 en Corrèze. Aucun établissement n'est concerné par les fermetures de classe en Creuse.

2 classes ont rouvert le 17 septembre 2020 : l'école élémentaire Marcel Madoumier à Limoges fermée depuis le 4 septembre et l'école de Châteauneuf-la-Forêt fermée depuis le 14 septembre.

Des mesures plus strictes à l'extérieur des établissements

Depuis une semaine, le port du masque est obligatoire aux abords des lycées haut-viennois et brivistes, dans un rayon de 50 mètres autour des établissements. Les contrevenants s'exposent dans ces cas précis à une amende de 38 euros.

Et les parents ?

Les parents d'enfants concernés par une suspicion, d'un cas avéré de Covid-19 ou de fermeture de classe peuvent désormais demander à être placé en activité partielle sous certaines conditions : si l'un des deux parents ne peut exercer en télétravail et si aucune garde d'enfant n'est prévue à cette effet.

Enfin, les parents peuvent également bénéficier d'un revenu temporaire, d'un montant variable, mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé valable dès le premier jour de l'arrêt de travail et jusqu'à la fin de période d'isolement de l'enfant. Un seul des deux parents pourra être bénéficiaire de ce revenu en ayant au préalable justifié sa situation grâce à un document fourni par le groupe scolaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation