En Limousin, les gendarmeries submergées d'appels suite à l'annonce du confinement

Depuis 24 heures, les gendarmeries de Creuse, de Corrèze et de Haute-Vienne croûlent sous les appels. Des questions récurrentes sur les déplacements autorisés pendant le nouveau confinement. Ils engagent leurs interlocuteurs à contacter le numéro dédié pour ne pas monopoliser les lignes d'urgence.

© FRANCOIS DESTOC/ MaxPPP
Il est 18h30 ce vendredi 30 octobre et la gendarmerie de la Corrèze a déjà enregistré 280 appels. Presque 100 de plus qu'en période dite "normale". En cause, des questions en tout genre sur le nouveau confinement et les autorisations de déplacements, "nous orientons les personnes vers le numéro dédié, cela monopolise nos lignes pour le covid et d'autres urgences derrière".

Même constat à la gendarmerie de Haute-Vienne, "entre midi et deux, nous avons reçu 70 appels, en une heure seulement". Car c'est vers 12h que les centres enregistrent le pic d'appels le plus important, "toutes les brigades sont fermées à cette heure-là, alors les gens se tournent vers nous pour ce type de renseignements".

En Creuse, les appels ont débuté dès le discours du Président Emmanuel Macron mercredi 28 octobre au soir, "nous ne pouvions pas répondre à tout. Même nous, nous devions attendre les directives".

Pour répondre à toutes vos questions un numéro vert de permanence est disponible 24h/24 7j/7 : 0 800 130 000.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société