Contre le gaspillage alimentaire, le "doggy bag" désormais obligatoire dans les restaurants

Depuis ce jeudi 1er juillet, les restaurants ont l'obligation de proposer des "doggy bags" à leurs clients, c'est-à-dire des contenants pour qu'ils emportent les éventuels restes de leur repas. À Agen, une opération "Gourmet bag" a été lancée dans une cinquantaine d'établissements.

Depuis jeudi 1er juillet, un amendement de la loi Egalim est entré en vigueur. Il impose aux restaurateurs de proposer à leurs clients de repartir avec les restes non-consommés de leur repas dans des contenants adaptés, réutilisables ou recyclables.

Les établissements de restauration commerciale et les débits de boissons à consommer sur place mettent à la disposition de leurs clients qui en font la demande des contenants réutilisables ou recyclables permettant d'emporter les aliments ou boissons non consommés sur place, à l'exception de ceux mis à disposition sous forme d'offre à volonté.

Article L541-15-7, code de l'Environnement

La loi prévoit aussi que les consommateurs puissent apporter leurs propres contenants : "le contenant réutilisable ou recyclable peut être apporté par le consommateur. [...] L'établissement peut refuser de servir le consommateur si le contenant apporté par ce dernier est manifestement sale ou inadapté."

L'objectif : lutter contre le gaspillage alimentaire. Selon les chiffres du minisère de l'Agriculture, en France, chaque année près de 20% de la nourriture produite finit à la poubelle. Cela représente 150 kg de nourriture par personne et par an, gaspillés tout au long de la chaîne alimentaire depuis le producteur jusqu'au consommateur. 

À Agen, une opération "Gourmet bag" a été lancée dans une cinquantaine de restaurants de l'agglomération pour promouvoir cette nouvelle pratique. 
 
→  Regardez le reportage de José Sousa et Morgan Plouchart

Contre le gaspillage alimentaire, un "gourmet bag" proposé aux clients dans les restaurants d'Agen

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie gastronomie culture zéro déchet environnement