Internet : deconnecté.e.s ou pas ?

Vous êtes plutôt du genre connecté.e.s ou pas ? Par obligation ou par choix ?
Que l'on soit en mileu urbain avec la fibre ou au beau milieu d’une zone blanche, notre relation à internet, et donc au monde, diffère. Déconnecté.e.s, c'est aussi la thématique et le nom d'un film inédit ce soir.

Deconnecté.e.s
Deconnecté.e.s © 13 Productions
Plus que jamais, en cette période compliquée de crise sanitaire, le sujet de la connexion est entré au coeur de nos vies et de nos préocupations.
Lorsque le premier confinement s'est imposé brutalement en mars dernier, la faisabilité de télétravailler pour les actifs et de poursuivre une scolarisation pour les enfants fut l'une des priorités dans les foyers.

La différence sur l'informatisation et la connexion s'est alors révélée de façon plus criante, tant au niveau social que géographique, créant encore plus de clivages et d'inégalités au sein de la population et de notre société.
A titre d'exemple, l'accès à l'informatique allait permettre de pouvoir se munir de l'attestation de déplacement dérogatoire, à condition que l'on soit doté d'un équipement informatique et de ne pas faire partie de la fameuse zone blanche ! Sinon, restait alors la solution de découper des exemplaires dans la presse locale ou d'écrire manuellement son autorisation de sortie sur une page blanche...

Cette problématique avait fait l'objet d'un article par Pascal Faiseaux de France 3 Périgords ci-dessous.
"Attestation de déplacement dérogatoire : comment faire en zone blanche, sans imprimante ou sans internet ?"
 

 L’informatisation, avancée majeure du XXIème siècle

L'informatisation s'est immiscée puis imposée dans nos vies plus ou moins progressivement, plus ou moins discrètement... Par choix ou par obligation mais aussi et surtout, en fonction de notre lieu d'habitation.
Du minitiel dans les années 80, introduisant le premier écran à la maison, aux multiples écrans tout format dorénavant dans la majorité des foyers, il n'a fallu (presque) qu'un pas. 

Pour la plupart, elle a apporté des bénéfices indéniables dans le quotidien, révolutionnant comme une ère nouvelle nos moyens d'échanger, de faciliter des démarches en tout genre, d'avoir accès rapidement à tout type d'information et, bien-sûr, de permettre une ouverture immense sur la connaissance et le monde qui nous entoure... 

Mais, malgré la promesse de cette publicité ci-dessous, en 2020, les dossiers ne sont pas accessibles de n’importe où.....
 

L’illectronisme

Aujourd'hui encore, 11 millions de Français sont étrangers à l’univers numérique : qu'ils ne sachent pas ou ne puissent pas utiliser un ordinateur. Et cela concerne des jeunes, des personnes âgées ou entre deux âges, des citadins ou des ruraux...
Car si cela peut être une volonté pour certains de rester éloignés des écrans, pour d'autres, c'est une impossibilité de par leur lieu de vie, dans ces territoires non desservis par un réseau de téléphonie mobile ou par Internet, ces zones blanches.

Et là encore, il en résulte une fracture bien réelle et aussi lourde que celle séparant les lettrés des illettrés. Cela s'appelle l’illectronisme.
la campagne lot-et-garonnaise
la campagne lot-et-garonnaise © 13 Productions

Car, si internet peut devenir une fenêtre sur le monde pour certains, pour d'autres, c'est une porte sur l’humain qui se referme.

Et à deux ans de la dématérialisation totale des démarches administratives, un pan énorme de la population française est encore aujourd’hui laissé pour compte, victime d’une France qui progresse à deux vitesses.

Pour lutter contre les zones blanches de téléphone mobile, les opérateurs se sont engagés à généraliser la réception 4G en 2020. L'État, quant à lui, s'est engagé à garantir l'accès au Haut-Débit pour tous en 2020 et le Très Haut Débit en 2022, dont 80% via la fibre optique.
fibre optique
fibre optique © A. Abalo France 3 Nouvelle-Aquitaine

Malgré cette volonté, dans certains territoires moins densément peuplés, le problème ne semble pas à la veille d'être réglé... 

Un film 100% Lot-et-garonnais à titre d'exemple

Le choix du Lot-et-Garonne s'est imposé dans ce film car ce département cristallise ce paradoxe technologique de l’illectronisme de par plusieurs zones blanches encore bien présentes.

Le manque d'accès à internet, un handicap de la vie quotidienne.

Frédéric Mandis, chargé de mission numérique dans le Lot-et-Garonne

Ces zones blanches s'expliquent par le fait que les habitats fermiers sont très diffus sur le territoire du département, un fait qui concerne aussi d'ailleurs d'autres territoires de la Nouvelle-Aquitaine mais également d'autres régions de France, sachant que le coût d'installation par habitat peut s'élever jusqu'à 10 000 €.
Travaux en Lot-et-Garonne
Travaux en Lot-et-Garonne © 13 Productions

Le Lot-et-Garonne fut aussi choisi car Fanny Fontan, auteure et co-réalisatrice du film "Deconnecté.e.s", a bien compris le sentiment d'abandon des habitant.e.s de ces zones éloignées des ondes, ayant de la famille dans ce département. Elle a donc décidé d'en faire un film.

Je peux juste affirmer qu’au delà d’une crise sanitaire nous sommes aujourd’hui tous témoins d’une crise institutionnelle, totalement déconnectée du terrain. Et je vous assure que c’est ce que j’ai pu constater à Agen et dans sa campagne. Le monde d’après ? Je n’en ai aucune idée. Mais un défi majeur est lancé : celui de regagner la confiance de ceux qui se sentent totalement abandonnés.

Fanny Fontan

D'Agen à Villeneuve-sur-Lot, en passant par Brugnac, Feugarolles ou Loublagnou, les images se succèdent à la rencontre des particuliers mais aussi des acteurs sur le terrain qui oeuvrent pour améliorer la situation. Pour information, 200 millions d’euros ont été injectés dans le département pour lutter contre cette fracture.
Frédéric Mandis à la rencontre d'un couple britannique installé en Lot-et-Garonne
Frédéric Mandis à la rencontre d'un couple britannique installé en Lot-et-Garonne © 13 Productions

La parole est donnée à plusieurs lot-et-garonnais pour entendre et comprendre la situation : 
Mais ce qui se passe en Lot-et-Garonne, c'est aussi la réalité de toute une partie du territoire français. Une frontière marquée entre deux mondes (celui connecté, celui déconnecté) entre deux espaces, entre deux réalités. Et à la veille de la 5G, force est de constater que pour certains, la priorité est tout d'abord et tout simplement d'être connectés...  

Cette révolution Numérique nous oblige à réinventer une manière de vivre ensemble. Tous ensemble. Sans avoir la sensation que le monde tourne sans nous.

Fanny Fontan

Mais en ces temps tourmentés et anxiogènes, s'éloigner de l'actualité et du monde qui nous entoure pourrait s'avérer bénéfique... Alors, et si finalement le bonheur c'était de se déconnecter ?  Peut-être en effet pour certain.e.s mais à condition, toutefois, de l'avoir souhaité !

A vous d'en juger dans ce film inédit à découvrir lundi 9 novembre à 22.45 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine.Écrit et Réalisé par Fanny Fontan et Romain Fiorucci

Coproduction : 13 Productions / France Télévisions
52 mn

Diffusions :
  • lundi 9 novembre à 22.45
  • vendredi 13 novembre à 9.15
A voir ou revoir sur na.france3.fr dans la rubrique La France en Vrai
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société politique internet économie aménagement du territoire environnement réseaux sociaux technologies ruralité à l'antenne vos rendez-vous