Lot-et-Garonne : la sécheresse affecte la production de tomates

Publié le Mis à jour le
Écrit par R.C avec Mathilde Rezki

En Lot-et-Garonne, les producteurs de fruits et légumes constatent eux aussi les conséquences du changement climatique. Les tomates, très plébiscitées par les consommateurs l'été, ne sont pas épargnées.

"On est démunis face à une sécheresse pareille." Marc Bisetto, cultivateur de fruits et légumes en Lot-et-Garonne, accuse le coup. Cette année, il déplore 30 à 40% de baisse de rendement au niveau de la tomate, et met en cause la sécheresse. "Si on regarde la plante, ça se voit de suite", dit-il en désignant les grappes cultivées sous serre. Certaines ne contiennent qu'une ou deux tomates.

"Normalement, ce sont des grappes de 7 ou 8", assure-t-il.  "Les plantes ne sont pas programmées pour supporter ces chaleurs là. Ce sont des choses qu'on voit tous les ans, mais pas de cette ampleur."  Exposées pendant quatre semaines à des températures supérieures à 35 degrés, les plantes sont "faibles et mal pollinisées". 

"On a limité la casse mais la perte est là quand même"

Le producteur avait pourtant pris des dispositions particulières pour protéger ses cultures. Les bâches de sa serre on été peintes en blanc pour atténuer l'effet de la chaleur. Marc Bisetto a également mis en place un système d'aspersion d'eau, afin d'augmenter le taux d'hygrométrie. "Mais même avec tout ça, on n'a rien pu faire. On a limité la casse mais la perte est là quand même", déplore-t-il. 

Sur le marché d'Agen, mercredi 17 août, le producteur Nicolas Ipas constate lui aussi les effets du dérèglement climatique sur certains types de tomates. 

"J'ai une variété qui est super sensible. Quand il y a beaucoup de soleil et qu'il fait trop chaud, elle mûrit de force à l'extérieur, et à l'intérieur elle reste verte", explique-t-il derrière son étal. Qui est, malgré tout, rempli de tomates. "Il y en a encore sur les pieds, c'est surtout les coups de chaud et le soleil qui ont fait un peu de mal", assure Nicolas Ipas. 

Les clients sont en tout cas au rendez-vous, et semblent satisfaits de la qualité. "Pour le moment je trouve qu'elles sont bonnes, très parfumées", lance Monique, venue faire ses achats. "Mais j'ai constaté que les prix ont augmenté", concède-t-elle tout en remplissant de légumes un sachet en papier kraft. Pourtant, les deux cultivateurs l'assurent : si la production a pu souffrir de la sécheresse, cela ne s'est pas répercuté sur leurs prix. 

Regardez le reportage de France 3 Aquitaine : 

En Lot-et-Garonne, la tomate souffre de la sécheresse ©France télévisions

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité