4000 personnes, venues de toute l'Europe, sont arrivées en voiture dans la nuit de vendredi 29 à samedi 30 juillet 2022 et se sont installées au bord d'un lac à Sérignac-Péboudou (Lot-et-Garonne). Elles participent à une rave party non-déclarée, souligne la préfecture.

Aux alentours de minuit, dans la nuit de vendredi 29 à samedi 30 juillet 2022, des "colonnes de véhicules sont arrivées massivement", indique Juliette Beregi, sous-préfète et directrice de cabinet du préfet de Lot-et-Garonne, pour s'installer dans le nord du département.

800 à 900 voitures pour un total d'environ 4000 personnes sont arrivées et se sont réunies au bord d'un lac. Elles participent à une rave party, dans un champ privé, sans l’accord du propriétaire. La manifestation n'a pas non plus été déclarée en préfecture, souligne la sous-préfète. Elle devrait durer jusqu'à la fin du week-end.

Les participants à la rave party viennent de France, mais aussi des Pays-Bas, d'Espagne, de Belgique ou encore d'Allemagne et sont trop nombreux pour être évacués, explique la directrice de cabinet du préfet.

On ne peut pas évacuer 4000 personnes qui n’ont absolument pas l’intention d’être évacuées, dans le calme et en garantissant le maximum de sécurité. On est malheureusement obligé de faire cet arbitrage et de laisser une partie des choses se dérouler parce que notre intervention risquerait de mettre en danger les personnes qui participent, les forces de l’ordre. (...) Notre objectif est le minimum de désordre et le maximum de sécurité."

Juliette Beregi, sous-préfète et directrice de cabinet du préfet de Lot-et-Garonne.

France 3 Aquitaine

Un dispositif de sécurité mis en place par la préfecture

"On est sur quelque chose de préoccupant car si ce n'est pas déclaré ce n'est pas sécurisé. On doit s'occuper de la sécurité civile", poursuit Juliette Beregi. Ainsi, des équipes de la Croix-Rouge, des services départementaux de sécurité incendie et de secours à la personne ainsi que des moyens de secours fluviaux sont déployés au vue de la proximité du rassemblement avec le lac des Graoussettes, précise la sous-préfète. Des renforts de gendarmerie sont également sur place pour notamment organiser et limiter l'arrivée de nouveaux participants.

Le déploiement des services de sécurité incendie a été décidé en lien avec la situation de sécheresse du département, souligne la sous-préfète : "On a une végétation en stress hydrique important. (...) On a une vulnérabilité particulière."

Pour l'heure, pas d'incidents depuis l'arrivée des raveurs entre minuit et 3, 4 heures du matin. "Les murs de son ont été montés dans la nuit. On peut anticiper que le gros de la manifestation aura en réalité lieu cette nuit. Donc nous, on est extrêmement vigilant. C’est pourquoi on s’est mobilisés fortement dès à présent pour être capable de faire face à la nuit", estime la sous-préfète.

En ce qui concerne le volet judiciaire de cette manifestation non-autorisée, la directrice de cabinet du préfet indique qu'il interviendra dans un second temps, "cela se passera du côté du parquet du Lot-et-Garonne."