Loto du patrimoine : quels sont les monuments candidats au sauvetage en Aquitaine ?

 A l'état de ruines, ce monument historique situé dans le haut-Fumélois au nord du Lot-et-Garonne fait partie de la liste des 250 monuments / © CC
A l'état de ruines, ce monument historique situé dans le haut-Fumélois au nord du Lot-et-Garonne fait partie de la liste des 250 monuments / © CC

Huit sites aquitains figurent parmi les 250 sites français pré-sélectionnés pour le Loto du patrimoine. Ces petits ou grands chefs-d'oeuvre en péril, principalement situés dans des petites villes ou communes du territoire, pourraient bénéficier d'un coup de pouce pour être restaurés.

Par Christine Le Hesran

Qu'il y a-t-il en commun entre le lavoir de Lormont, l'Arsenal de Navarrenx ou un Mausolée dans les Landes ? Tous vont peut-être pouvoir être sauvés grâce au loto du patrimoine, mis en place par la FDJ et Stéphane Bern.

Premier tirage en septembre 2018

Voilà des mois que l'idée de ce loto en faveur du patrimoine était sur la table. Ce loto va être accompagné d'un nouveau jeu à gratter et va permettre de financer la réhabilitation des bâtiments en péril.
Les bénéfices seront versés dans un fonds spécifique pour le patrimoine en péril, fonds qui sera géré par la Fondation du patrimoine.  Le premier tirage de ce loto spécial aura lieu pendant les Journées du patrimoine, le vendredi 14 septembre 2018.


Le lavoir de Blanchereau, à Lormont

En Gironde,  la ville de Lormont  a préparé le dossier de candidature du vieux  lavoir Blanchereau. La commune de la métropole bordelaise compte 7 lavoirs, 3 sont déjà refaits. Celui-ci leur tient à coeur car c'est le plus ancien, du 17e siècle. Toutes les pierres ont été mangées par les pigeons. Il est situé derrière l'églie, sous les maisons. 

Alain Lafon, le vice président de l'association du vieux Musée de Lormont, est à la manoeuvre pour défendre ce petit patrimoine : 

On attend de savoir si on va être retenu. Ca fait tellement d'années qu'on attend pour le réhabiliter... 


Le plus vieux lavoir de Lormont, fin 17e est proposé dans la liste des trésors à restaurer. / © association des amis du musée du vieux Lormont
Le plus vieux lavoir de Lormont, fin 17e est proposé dans la liste des trésors à restaurer. / © association des amis du musée du vieux Lormont
Le coût estimé de la restauration est de 237 575 € et les financements restant à trouver représentent 166 303 €.

Un château en Dordogne

En Dordogne, un seul monument a été retenu. Il s'agit du château de Saint-Germain-du-Salembre, dans le Périgord blanc. Là, le projet est la restauration d'une digue cadastrale historique pour un coût de plus de 130 000 euros. Mais il manque encore 98 000 euros au propriétaire qui a tenté sa chance en déposant un dossier comme il le confie à nos confrères de France Bleu Périgord : 

J'ai fait cette demande sans trop y croire, raconte-t-il. Et j'ai eu la bonne surprise de voir qu'elle a été sélectionnée.
 

Lot-et-Garonne : une église et un château

Il y a aussi deux sites en Lot-et-Garonne, département également riche de petits patrimoines. Le premier : l'église de Saint-Pé-Saint-Simon. Une association a entrepris de lui redonner son lustre car elle a été construite à la fin du XIème siècle.

Depuis des années, elle se dégrade et une restauration importante s'impose. Coût estimé 157 475 €, Financements restant à trouver : 71 450 €. Trop lourd pour cette petite commune de 220 habitants. Elle croise donc les doigts pour que le loto vienne à son secours. 

l'église Saint Simon : une association veille à sa restauration : l' Association pour la restauration de l'église Saint Simon / © Association pour la restauration de l'église Saint Simon
l'église Saint Simon : une association veille à sa restauration : l' Association pour la restauration de l'église Saint Simon / © Association pour la restauration de l'église Saint Simon

Plus au nord du département, le Château de Cuzorn, vestige du 13e siècle, sur les bords du Lot, est en ruine.  Le château de Cuzorn a besoin de 90 000 € pour être sauvé.

 A l'état de ruines, ce monument historique situé dans le haut-Fumélois au nord du Lot-et-Garonne fait partie de la liste des 250 monuments / © CC
A l'état de ruines, ce monument historique situé dans le haut-Fumélois au nord du Lot-et-Garonne fait partie de la liste des 250 monuments / © CC



Trois sites dans les Pyrénées-Atlantiques

Trois sites se trouvent  dans les Pyrénées-Atlantiques, dont Lestelle-Bétharram, en Béarn : le chemin de croix. Ce calvaire de part sa taille, sa réalisation et son architecture, forme un lieu presque unique en France. Toute la commune est  un lieu de pèlerinage. Mais la commune ne peut financer tous les besoins et cherche donc 110 000 €. 

Sommet du calvaire / © CC
Sommet du calvaire / © CC


Il date de 1841 en remplacement de constructions du XVIIe siècle détruites lors de la révolution Française. A Salies-de-Béarn , le Château de Saint-Pé appartient à un propriétaire privé. Il est inscrit aux monuments historiques depuis 1937.  La restauration est importante et se chiffre à 995 500 €, il reste 647 000 € à financer.



A Navarrenx, il manque 154 000 € pour financer la restauration de l'Arsenal. Construit vers 1680, sur l’emplacement de l’ancienne maison des rois de Navarre dont on perçoit encore des traces de portes et de fenêtres, l’Arsenal est composé de trois corps de bâtiment, à trois étages, disposés en U autour d’une cour centrale. Il pouvait abriter une quantité considérable d'armes et de munitions.

Bâtiment du 17ème siècle qui servait de « réserve » de munitions et de vivres. Aujourd’hui, il accueille les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. / © CC
Bâtiment du 17ème siècle qui servait de « réserve » de munitions et de vivres. Aujourd’hui, il accueille les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. / © CC

Mausolée landais

Dans les Landes, un seul dossier déposé pour ce monument à Cauneille : le Mausolée dit Gloriette de Jean Rameau. Ce mausolée est formé d'une tour circulaire de 3 niveaux, et protégé d'un dôme circulaire. Tous les travaux sont à financer : 126 098 €.

Ce mausolée est formé d'une tour circulaire de 3 niveaux, et protégé d'un dôme circulaire. / © Flickr
Ce mausolée est formé d'une tour circulaire de 3 niveaux, et protégé d'un dôme circulaire. / © Flickr

Une idée de Stéphane Bern, missionné par Emmanuel Macron

L'idée a germé dans la tête de l'animateur Stéphane Bern, par ailleurs missionné par Emmanuel Macron pour sauver le patrimoine culturel français en péril. La ministre de la Culture a défendu et acté le concept à l'automne dernier. Stéphane Bern l'assure sur RTL :  la liste "n'est pas définitive", "les dossiers les plus urgents" ayant été pré-sélectionnés.


Document RTL : cliquez sur la carte pour consulter le détail des monuments concernés



On n'a pas entretenu en temps et en heure

Selon lui, il y a urgence à sauver le patrimoine français, notamment dans les villages. Si des milliers de bâtiments sont dans un tel état, c'est parce que "la ligne budgétaire d'entretien est souvent utilisée pour autre chose" analyse Stéphane Bern. Ainsi, "on restaure car on n'a pas entretenu en temps et en heure".

A partir du 3 septembre, des tickets à gratter seront mis en vente au prix de 15 euros. Le 14 septembre, ce sera le tirage de ce super loto. 10 millions d'euros seront à gagner.

Sur le même sujet

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus