Municipales 2020 en Limousin : les communes pourvues au premier tour attendront pour élire leur maire

© André Abalo / France 3 Limousin
© André Abalo / France 3 Limousin

Sur les 27 communes de plus de 3 500 habitants que compte le Limousin, 16 ont été pourvues au premier tour. D'abord annoncée comme possible, l'élection des maires et leurs adjoints ne pourra finalement pas se faire avant mi-mai pour cause de pandémie a annoncé Edouard Philippe le 19 mars 2020 . 

Par Annaïck Demars avec Eric Muller

MISE A JOUR JEUDI 19 MARS

Le Premier Ministre Édouard Philippe
a finalement annoncé jeudi 19 mars 2020 le report des réunions de conseils municipaux élus au premier tour, qui devaient se tenir entre le 20 et le 22 mars afin d'élire maire et adjoints, en raison de la pandémie de coronavirus. Les équipes sortantes voient donc leur mandat prolongé jusqu'à mi-mai au moins.

 



ARTICLE REDIGE LE 17 MARS 2020

En Limousin, 16 communes de plus de 3 500 habitants ont vu leur élection municipale validée au premier tour
dimanche 15 mars 2020 malgré le contexte sanitaire inédit dans lequel s'est déroulé le scrutin, comme Brive, Tulle, Aixe-sur-Vienne ou encore La Souterraine.

La grande majorité sont des maires sortants qui vont tenir dans les jours qui viennent les conseils municipaux visant à élire le maire et ses adjoints. Les Préfectures ont maintenu, pour l’heure, leurs installations entre le 20 et 22 mars comme le prévoit la loi.
 
 

« Les élections qui ont été conclues à l’issue du premier tour sont acquises », a certifié le Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors d’un point presse au lendemain du premier tour (discours à retrouver en intégralité ici), expliquant que cela concernait 30 000 communes en France", ce qui représente plus de 85% des communes.


A Saint-Junien, en Haute-Vienne, le maire sortant Pierre Allard, gagnant au premier tour, a déjà fait savoir que le conseil municipal se réunira "en séance ordinaire à la salle des fêtes dimanche 22 mars à 10 h pour l'élection du maire et de ses adjoints".
   

Joint par téléphone, Pierre Allard, maire de Saint-Junien en Haute-Vienne précise : après avoir entendu Christophe Castaner, on a vérifié auprès de la Préfecture qui nous a confirmé qu'il fallait bien installer le conseil. Cette séance se fera sans public, évidemment. Les 33 personnes concernées seront assises à plus d'un mètre les unes des autres.

 


Quelle que soit leur taille, les communes limousines se préparent donc à élire leur exécutif, comme à Saint Victurnien, en Haute-Vienne. Le maire Jean Duchambon explique : « Nous avons envoyé les convocations pour samedi (21 mars) à 11 h. Cette réunion se fera, exceptionnellement, à huis-clos, alors que la Constitution la prévoit en public. Mais, à situation exceptionnelle… mesure exceptionnelle ! »

Même chose à Saint Yrieix la Perche où Daniel Boisserie, maire sortant réélu car seul candidat a confirmé que "l’installation, se fera samedi 21 mars à 10 h 30, exceptionnellement à huis-clos et pas dans la salle du conseil, mais dans la salle des congrès pour respecter les distances nécessaires de sécurité et de santé ».


A Oradour-sur-Glane, Bessines-sur-Gartempe ou Peyrilhac, les réunions se feront dès vendredi soir 20 mars.



Que se passe-t-il pour les communes nécessitant un second tour ?


Dans son discours du 16 mars 2020, le Ministre de l'intérieur a précisé ce qui se passera pour les autres communes où un second tour est nécessaire, comme à Limoges, Guéret, Panazol, Aubusson, Couzeix ou d'autres. 

Un décret doit être pris en conseil des ministres mardi 17 mars 2020 qui abrogera la convocation des électeurs pour le second tour des élections municipales et communautaires, qui était prévu dimanche 22 mars.

Par ailleurs, Christophe Castaner a ajouté qu"un projet de loi, qui sera examiné dès demain (17 mars) par le Conseil d’Etat et mercredi (18 mars) par le Conseil des ministres, organisera le report de ce scrutin à une date ultérieure, au plus tard au mois de juin".

"L’échéance du mardi soir 18h ne s’applique pas" a expliqué le Ministre de l'intérieur. Les candidats n’auront pas à déposer leurs déclarations de candidatures. Le délai pour déposer les candidatures sera repoussé par le projet de loi. Le mandat des conseillers municipaux et des maires sera prolongé par la loi autant que nécessaire, ils administreront les communes jusqu’à ce que le second tour se soit tenu.

Un processus qui pourrait se voir remis en cause par le Sénat. Selon nos confrères du Parisienla Chambre haute pourrait s'opposer à la volonté du gouvernement de fixer en juin, quelques jours avant la date du second tour, la date du dépôt des listes. Il souhaite que le dépôt des listes se fasse au plus vite, une façon "d'éviter les marchandages d'arrière boutique ».


Un fonctionnnement mixte provisoire dans les intercommunalités, une "mesure absurde et dangereuse" selon les élus de Limoges Métropole

 

Dans les intercommunalités qui assurent des services publics locaux essentiels à la population, le projet de loi définira un régime spécifique, a ajouté Christophe Castaner. Ce régime verra coexister, pour une période limitée, dans une même intercommunalité :

  • les nouveaux élus, dont l’élection était acquise à l’issue du premier tour 
  • les élus dont le mandat a été prolongé

Il sera procédé, dans ces collectivités, à l’élection d’un Président, dont le mandat sera limité, jusqu’à ce que le renouvellement général des élus intervienne. Une fois les élections entièrement achevées, un nouvel exécutif sera alors élu. 


Ce choix a été dénoncé mardi 17 mars 2020 par les élus de Limoges Métropole qui se sont exprimés dans un communiqué en fin d'après-midi :

Le Président, le 1er vice-président et de nombreux autres vice-présidents et élus communautaires de Limoges Métropole font part de "leur incompréhension et leur désaccord quant à cette mesure absurde et dangereuse (...) 


"L’application de cette mesure signifierait, alors que le deuxième tour de l’élection municipale a été reporté pour des raisons sanitaires, alors que des mesures de confinement strict ont été demandées à nos concitoyens, que 74 élus communautaires se rassemblent dans une salle pendant plusieurs heures, avec les nombreux personnels administratifs nécessaires à la tenue du scrutin. (...) Cela signifierait que, si toutefois un accord politique ne pouvait intervenir rapidement pour désigner le candidat à cette présidence temporaire, nous ajouterions, à la confusion administrative, des tractations politiques absolument indécentes dans une période où les élus doivent se préoccuper avant tout de la continuité du service public, de la sécurité et de la santé de leurs administrés.

Aussi, ils demandent instamment au Premier Ministre de reconsidérer cette mesure et de permettre aux assemblées communautaires en place de se maintenir jusqu’au 2ème tour de l’élection municipale, afin de garantir la continuité de service requise par cette crise sanitaire exceptionnelle. 


Le Président de Limoges Métropole Jean-Paul Duret a demandé au Préfet de le recevoir pour évoquer cette situation.

LE DETAIL DES MAIRES ELUS AU 1ER TOUR (communes de plus de 3500 habitants)

En Haute-Vienne :

  • A Aixe-sur-Vienne, le centriste sortant René Arnaud a remporté 67% des suffrages
  • A Feytiat, le socialiste sortant Gaston Chassain est réélu avec 67% des voix
  • A St Junien, le maire ADS sortant Pierre Allard repart pour un 4ème mandat
  • A St Léonard de Noblat, autre sortant, le divers gauche Alain Darbon a été également réélu
  • A Isle, le DVG Gilles Bégout est réélu car seul candidat
  • A Saint-Yrieix-la-Perche, l’ancien député PS Daniel Boisserie est réélu, lui aussi seul candidat
  • A Verneuil-sur-Vienne, réélection du seul candidat, le sortant DVG Pascal Robert
  • A Rochechouart, l'unique candidate Anne-Marie Almoster-Rodrigues l'emporte et succède à Jean-Marie Rougier.

En Corrèze :

  • A Brive, Frédéric Soulier est réélu pour un second mandat avec 60 % des voix alors qu’il affrontait 3 autres listes
  • A Tulle, le socialiste Bernard Combes, repart pour un 3ème mandat
  • A Malemort, le centriste Laurent Darthou l'emporte avec 67% des suffrages
  • A Egletons, le divers droite Charles Ferré est élu à 63%
  • A Objat, Philippa Vidau est largement réélu avec 69%
  • A Allassac Jean-Louis Lascaux repasse avec qui 64%
  • St Pantaléon de Larche, réelection d'Alain Lapacherie lui aussi à 64%

En Creuse :
Une seule commune de plus de plus de 3500 habitants a été pourvue au 1er tour, il s'agit de La Souterraine où le socialiste Etienne Lejeune l’emporte avec 57% des voix

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus