Six nouvelles brebis égorgées à Marans, la traque aux loups se poursuit en Charente-Maritime

Six brebis ont été retrouvées mortes ce lundi dans un élevage situé à Marans en Charente-Maritime. C'est la deuxième fois en ce mois de novembre qu'un troupeau est attaqué après que trois loups se sont échappés d'un refuge des Deux-Sèvres.
Le sanctuaire des loups de Béatrice Gérardot accueille également des loups en provenance de Saint-Martin-Vésubie comme ici Drakkar.
Le sanctuaire des loups de Béatrice Gérardot accueille également des loups en provenance de Saint-Martin-Vésubie comme ici Drakkar. © Maxppp -
Où est passé le loup qui s'est échappé du Sanctuaire de Frontenay Rohan-Rohan, le 13 novembre dernier ?
Impossible pour l'heure, de dire si le fugitif est l'auteur d'une nouvelle attaque de brebis qui s'est déroulée ce lundi à Marans, mais six brebis ont été retrouvées égorgées dans une exploitation agricole.
La mort des ovins a bien été constatée ce mardi par l'Office Français de la Biodiversité.
C'est la deuxième fois qu'un troupeau de brebis est attaqué en ce mois de novembre en Charente-Maritime.
Une attaque de brebis a été constatée dans un élevage de Saint-Saturnin-des-Bois le 17 novembre, 10 brebis ont été égorgées et trois ont disparu.
Une attaque de brebis a été constatée dans un élevage de Saint-Saturnin-des-Bois le 17 novembre, 10 brebis ont été égorgées et trois ont disparu. © © Valérie Prétot - France Télévisions

Le loup continue sa course en Charente-Maritime

Cela fait deux semaines que l'Etat a déployé d'importants moyens de recherches pour tenter de capturer les loups mais les tentatives pour le capturer sont restées vaines.
Le loup court toujours, il continue sa course folle en Charente-Maritime.
Selon la Préfecture, il a été repéré à Saint-Saturnin-du-Bois puis à Surgères et ce week-end à Sainte Soulle, à quelques kilomètres seulement de La Rochelle. 
L'autre fugitif rôde autour du Sanctuaire des Loups 79, il a d'ailleurs été pris en photo ce lundi aux environs de minuit.
L'un des loups échappés du Sanctuaire le 13 novembre, a été photographié cette nuit dans les Deux-Sèvres.
L'un des loups échappés du Sanctuaire le 13 novembre, a été photographié cette nuit dans les Deux-Sèvres. © Office Français de la Biodiversité

 

Des tirs à balle réelle

Depuis la fugue des deux loups du Sanctuaire des Loups 79, les éleveurs de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont été alertés. Ces derniers jours, le milieu agricole demande des mesures radicales.
"Ces loups qui sont issus de captivité n'ont rien à faire dans le milieu naturel donc il n'y a pas lieu de protéger les troupeaux. Il faut attraper ces loups de gré ou de force. J'aimerais que l'on ait une réponse précise sur le statut de ces loups. Ces loups se sont retrouvés dans la nature. On est en colère et on va continuer à mettre la pression sur l'Etat pour prendre les bonnes décisions. Si ils n'arrivent pas à les capturer de façon pacifique, il faudrait passer à des méthodes plus radicales, avec des tirs à balle réelle, on peut le faire avec du matériel de très haute précision à plus de 100 mètres" a tempêté ce mardi Grégory Nivelle, président de la FNSEA 79.

Les éleveurs sont inquiets

"Ma position, c'est que le loup n'a rien à faire ici, il fera des dégâts, il faut trouver des solutions, les éleveurs sont inquiets", a renchérit Rémi Merleau, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de Charente-Maritime.
A ce jour, cette possibilité n'est pas envisagée par les autorités.
"Les services de l'Etat s'attachent à récupérer les loups vivants dans la mesure du possible, ils ont bien entendu la demande de la profession agricole mais le mot d'ordre qui nous est donné, c'est de mettre tous les moyens possibles pour récupérer les loups vivants. La réglementation au niveau national ne fait pas le distingo entre les loups sauvages ou nés en captivité, il s'agit d'une espèce protégée. Il est possible que l'on prenne d'autres mesures à plus long terme", a expliqué Thierry Chatelain, directeur départemental des Territoires 79.
Une dizaine d'agents de l'Office Français de la Biodiversité pistent les loups.
Une dizaine d'agents de l'Office Français de la Biodiversité pistent les loups. © • © Valérie Prétot - France Télévisions

 

Un jeune niortais à lancé une pétition sur Internet pour s'opposer au tir des loups, elle a recueilli plus de 30 000 signatures. 

Faire des photos


Cela fait maintenant 17 jours que les loups se sont enfuis et que les agents de l’OFB les traquent, jour et nuit. Ils ont été renforcés par les experts de la Brigade loups nationale. 

Si vous apercevez des loups, vous pouvez prendre des photos et appeler l'Office français de la biodiversité  de Charente-Maritime au 05 46 74 95 20 ou pour les Deux-Sèvres au 05 49 25 02 47, la préfecture met en garde les propriétaires de chiens pour signaler aussi toute disparition sur la voie publique. Le Sanctuaire des Loups 79 communique sur sa page Facebook, où l'on peut voir les images de l'arrivée des cinq loups en provenance du Parc Zoologique du Château de la Bourbansais. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie