Paulo Sousa, chronique d'un départ annoncé

En froid avec son président Frédéric Longuépée depuis un an, l'entraîneur des Girondins a annoncé mercredi soir à ses joueurs qu'il s'en allait, lassé des promesses non tenues en matière de recrutement et de la politique d'austérité du club. 

Paolo Sousa était désabusé par la priorité donnée par l'état major du club au marketing, plutôt qu'au sportif
Paolo Sousa était désabusé par la priorité donnée par l'état major du club au marketing, plutôt qu'au sportif © CARLO HERMANN / AFP
Il est arrivé ce vendredi matin au Haillan un peu avant 8 heures au volant de sa voiture, presque comme si de rien n'était. Ensuite, Paulo Sousa a dirigé la séance d'entraînement avec son staff comme c'était prévu. Jeudi soir les Girondins ont réagi dans un communiqué lapidaire et cinglant à l'annonce du départ de son entraîneur à deux ans de la fin de son contrat. Le portugais pourrait être convoqué rapidement par sa direction et éventuellement être mis à pied s'il s'avère que sa direction n'était pas informée de ses intentions. 

Nous prenons acte de la décision de monsieur Paulo Sousa de quitter le club, alors que son contrat nous lie encore pour deux ans. Nous regrettons cette décision de même que la manière dont son annonce a été faite et examinons les suites que le club donnera.

Girondins de Bordeaux (communiqué)

"On avait commencé quelque chose ensemble"


Hier matin lors du premier entraînement ouvert aux médias depuis la reprise le 22 juin, Paulo Sousa était apparu tendu, crispé, le visage fermé, ce qui ne lui ressemble pas. Il avait fait son travail comme d'habitude. 
Ses joueurs, dont beaucoup adhéraient à ses idées, sont secoués par l'annonce de son départ . "On avait commencé quelque chose ensemble. Cela fait drôle de se dire qu'il s'en va, surtout maintenant après la reprise", confie un cadre de l'équipe.

Exaspéré par le manque de moyens

Recruté par l'ancien actionnaire Joseph DaGrosa et son conseiller sportif Hugo Valera, Paulo Sousa avait eu la promesse qu'il aurait les moyens des ambitions du club, à savoir viser le haut de tableau. Malgré un salaire XXL (280 000 euros bruts mensuels) et un staff conséquent, sur le terrain, il n'a guère vu les recrues de haut niveau attendues.
Lassé d'être en première ligne pour expliquer sans cesse les résultats irréguliers de Bordeaux : "je connais la valeur de mon équipe", désabusé par la priorité donnée par l'état major du club au marketing, plutôt qu'au sportif, l'ex coach de la Fiorentina dit stop. 

Dans son entourage, on assure que la goutte d'eau qui a fait déborder un vase déjà bien plein, c'est le zéro dépense, sauf prêts ou joueurs libres, sur les transferts prévus cet été en raison de l'état des finances. Cela l'a convaincu définitivement de claquer la porte.
A cette heure, Paulo Sousa n'a pas démissionné. Il entend négocier son départ mais sa marge de manoeuvre est étroite. Et on voit mal l'intransigeant Frédéric Longuépée lui faire un cadeau alors que le club doit dénicher en urgence un nouvel entraîneur et un staff technique.

Qui pour le remplacer?

A un mois et demi du début de la Ligue 1, Bordeaux va donc sonder dès aujourd'hui le marché. Aucun nom n'a filtré. Ce ne sont pas les candidats qui manqueront en France et à à l'étranger. Mais l'heureux élu réfléchira peut-être à deux fois, dans un club qui a usé six entraîneurs en quatre ans, et sans avoir les moyens de jouer le haut de tableau.
"Bordeaux reste un club attractif. Il faut que les divers conflits, notamment avec les Ultras, s'apaisent. Il y a quand-même les moyens de faire quelque chose dans ce club", confie un agent de joueurs.


Il reste à savoir si le départ de Paulo Sousa sera le dernier à la direction technique, après celuide Souleymane Cissé à la formation. L'avenir du directeur du football Eduardo Macia, épinglé par Frédéric Longuépée dans son interview à Sud-Ouest, ne tient qu'à un fil. Bordeaux ou la crise sans fin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
girondins de bordeaux football sport ligue 1
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter