• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

PS en Limousin : baisse des adhérents, remise en question et municipales en ligne de mire

Objectif du nouveau premier secrétaire du PS Olivier Faure : relever un parti moribond / © Joë Saget / AFP
Objectif du nouveau premier secrétaire du PS Olivier Faure : relever un parti moribond / © Joë Saget / AFP

Un an après l’élection présidentielle et l’effondrement de la gauche de gouvernement, le PS est-il encore vivant en Limousin ? C’est la question que nous avons posée aux secrétaires fédéraux socialistes de Haute-Vienne, Creuse et Corrèze dans Dimanche en Politique le 13 mai 2018.

Par Annaick Demars

Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron devenait le nouveau président de la République française.
Jamais une élection présidentielle sous la Ve République n’avait autant rebattu les cartes du paysage politique. En accédant à l’Élysée sans l’appui d’un parti politique installé de longue date dans les territoires, Emmanuel Macron a provoqué un séisme dont les effets se font toujours sentir particulièrement à gauche puisque le Parti socialiste a failli être rayé de la carte et tente aujourd’hui de se relever sans son candidat présidentiel, Benoît Hamon, désormais à la tête de son propre mouvement Génération.s dont la première convention se tiendra à Grenoble fin juin prochain.

Le parti socialiste est-il encore vivant en Limousin ? C’est la question posée dans Dimanche en Politique ce 13 mai 2018. Annaïck Demars reçoit les nouveaux secrétaires fédéraux du PS élus il y a quelques semaines par les militants :

  • Paul Roche, 31 ans, ancien membre du cabinet de Philippe Nauche à la mairie de Brive, il travaille désormais auprès des élus socialistes du conseil régional à Bordeaux. Il est le nouveau secrétaire fédéral du PS pour la Corrèze, il avait soutenu la motion de Stéphane Le Foll.
  • Gülsen Yildirim, 45 ans, maître de conférences en droit à l’Université de Limoges, militante de longue date et nouvelle secrétaire fédérale du PS pour la Haute-Vienne, elle avait soutenu la motion d'Olivier Faure, élu premier secrétaire lors du congrès d'Aubervilliers.
  • Etienne Lejeune, 29 ans, président de la communauté de communes Ouest Creuse, conseiller départemental et réélu premier secrétaire fédéral du Parti socialiste creusois. Il avait soutenu la motion d'Emmanuel Maurel.
Un reportage est également consacré aux autres forces de gauche qui tentent d'occuper le terrain laissé libre par le PS : les Insoumis, le mouvement de Benoît Hamon Génération.s et EELV.

UNE FUITE DES ADHERENTS


Chacun dans leur département, les 3 nouveaux fédéraux reconnaissent une baisse importante du nombre d'adhérents :

- en Haute-Vienne, de 2500 adhérents on est passé aujourd'hui à 1400 environ, dont la moitié s'est déplacée pour voter lors du vote pour désigner le premier sécrétaire national, selon Gülsen Yildirim.

- en Corrèze, après "l'effet Hollande" de 2011 qui a vu monter les chiffres à un millier d'adhérents, "on est aujourd'hui autour de 700" affirme Paul Roche.

- en Creuse là aussi, la baisse a été importante, passant de 500 à 300 adhérents, selon les chiffres d'Etienne Lejeune.


LES MUNICIPALES DE 2020 : UN ENJEU MAJEUR



Pour se reconstruire et tenter de survivre, les prochaines échéances électorales seront décisives pour le PS : les européennes de juin 2019 mais surtout les municipales de 2020

Concernant Limoges, quand on lui demande si l'une des têtes de listes possibles serait le Pr François Vincent, conseiller régional Nouvelle Aquitaine délégué à l'université du futur, Gülsen Yildirim botte en touche : il y aura une liste socialiste à Limoges. La question est de savoir quel projet nous voulons pour notre ville, notre agglo. Dans les semaines qui viennent, ça va être notre préoccupation. Ensuite, on trouvera la personne pour porter ce projet, ne vous inquiétez pas !


A Guéret, où Michel Vergnier ne se représentera pas, on pense évidemment au président de l'agglo du Grand Guéret Eric Corréia, qui porte notamment depuis plusieurs mois le très médiatique projet de cannabis thérapeutique. "C'est la personne qui semble le plus à-propos, confirme Etienne Lejeune. Répondre à cela est très prématuré mais il fait un très bon travail."

En Corrèze, le nom de Philippe Nauche est évoqué à Brive, Paul Roche qui le connaît bien ne confirme ni n'infirme, laissant les pronostics ouverts.
A Tulle, le maire sortant Bernard Combes ne "s'interdit rien" comme il l'a expliqué dans un article de "la Vie Corrézienne" repris sur sa page facebook sans plus de précisions... Il faut dire que ce proche de François Hollande fut le seul candidat socialiste à se maintenir au second tour des législatives de juin 2017 en Limousin.


VOICI L'EMISSION EN INTEGRALITE :

 

Sur le même sujet

Questions sur l'avortement au planning familial

Les + Lus