Bayonne : marche blanche et transports à l’arrêt en hommage au conducteur agressé

Ce mercredi soir, de nombreux réseaux de transport ont marqué une pause à travers la France. Au même moment, une marche blanche était organisée à Bayonne où a été sauvagement agressé Philippe Monguillot. Plus de 6000 personnes y ont participé.

Plusieurs milliers de personnes ont participé à la marche blanche en hommage au chauffeur de bus agressé.
Plusieurs milliers de personnes ont participé à la marche blanche en hommage au chauffeur de bus agressé. © FTV
Ils se sont réunis pour rendre hommage au chauffeur de bus toujours en état de mort cérébrale ce mercredi soir. Famille, proches, amis ou anonymes, ensemble ils ont participé à une marche blanche dans les rues de Bayonne. 
Le cortège est parti du lieu de l'agression pour se rendre jusqu'au centre hospitalier. A la demande de la famille, les participants étaient vétus de blanc. A 20h plus de 6000 personnes étaient présentes, selon la police sur place. "Je vais me battre jusqu'au bout", a déclaré l'épouse de Philippe Monguillot au moment où la foule commençait à se rassembler.
L'épouse et les trois filles du chauffeur agressé étaient en tête du cortège habillé en blanc.
L'épouse et les trois filles du chauffeur agressé étaient en tête du cortège habillé en blanc. © AFP


Transports à l'arrêt dans toute la France

Au même moment, une même onde d’émotion a résonné dans toute la France. De nombreux réseaux de transport ont marqué une pause pour effectuer une minute de silence. Une marque de soutien lancée à l’appel de plusieurs organisations syndicales.

Au Pays basque, mais aussi à La Rochelle, Agen, Périgueux, un temps d’arrêt a été observé tout comme à Bordeaux. Mais cet hommage ne s’est pas arrêté aux frontières de la Nouvelle-Aquitaine, à Lyon, Lille, Orléans ou encore à Paris, les conducteurs ont eux aussi respecté cette minute de silence.

Quatre personnes en détention provisoire

Mardi soir les quatre personnes interpellées suite au drame ont été mises en examen et placées en détention provisoire. Deux d’entre elles sont poursuivies pour tentative d’homicide volontaire, une autre pour soustraction de criminel à l’arrestation et aux recherches, et enfin la dernière pour non-assistance à personne en danger.
Ce soir là, le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari s’était rendu à Bayonne pour rencontrer les collègues de Philippe Monguillot qui n'ont pas repris le travail et décidé d'exercer leur droit de retrait. Le ministre a dénoncé lors de sa visite « un drame particulièrement choquant ».

Une agression sauvage

Dimanche, le chauffeur de 59 ans été roué de coups par des contrevenants qui ne respectaient pas le port du masque, ne possedaient pas de titre de transport et dont le chien ne portait pas de muselière.  Les faits se sont produits alors qu’il conduisait un Tram'bus dans le quartier de Balichon. A l’arrivée des secours Philippe Monguillot était inconscient. Ce mercredi soir, il est toujours en état de mort cérébrale.

Regardez le reportage de la marche blanche dans les rues de Bayonne en hommage au chauffeur de bus violemment agressé dimanche ►
Émotion et recueillement hier soir, lors de la marche blanche organisée à Bayonne, en soutien au chauffeur de bus sauvagement agressé dimanche
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société transports économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter