Hendaye : incendie au centre de rétention, un syndicat policier parle d'une situation explosive

Un incendie s'est déclenché dimanche soir 19 septembre au centre de rétention administratif d'Hendaye au Pays basque. 24 personnes ont dû être évacuées dont deux vers l'hôpital de Bayonne. Un syndicat policier dénoncent une situation explosive.

Le feu a pris peu après 21 heures dans l'une des cellules du centre de rétention administratif d'Hendaye où sont détenus des ressortissants étrangers en situation irrégulière.

Dès l'alerte déclenchée, 24 d'entre eux ont été évacués et mis en sécurité. Parmi eux, un jeune homme de 22 ans ayant inhalé des fumées toxiques a dû être transporté vers l'hôpital de Bayonne dans un état jugé grave. Un deuxième homme, âgé de 28 ans, a lui aussi été admis à l'hôpital, plus légèrement atteint.

Le syndicat policier UNITE SGP FO s'inquiète de la situation : " Des premières constatations, Il s’agit d’un incendie volontaire d’un matelas dans une des chambres de rétention." assure Christophe Labarthe qui le représente dans le département. Son syndicat "dénonce une fois de plus la difficulté pour les policiers de la police aux frontières de gérer les CRA. "

Ces derniers sont de véritables poudrières. Cet incendie intervient une semaine après les violentes rixes qui ont opposé différentes ethnies au sein du CRA d’Hendaye, La situation doit être prise au sérieux. La population présente dans les CRA est une population issue du milieu carcéral pour bon nombre d’entre eux d’où cette explosion de violences.

Christophe Labarthe - UNITE SGP FO 64 -


C'est un appel aux pouvoirs publics pour qu'ils se saisissent "de ce dossier hautement sensible." Il demande des effectifs supplémentaires afin de renforcer les effectifs travaillant de nuit sur la DIDPAF d'Hendaye . "La sécurité des policiers travaillant dans ces centres est mise à mal ainsi que celle des rétentionnaires non violents." ajoute-il. 

Le centre de rétention d'Hendaye, situé aux portes de l'Espagne, accueille plusieurs centaines de personnes chaque année.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque incendie faits divers